SUR LES RIVES DU STYX

Comme vous le savez, le Styx est le fleuve qu’on franchit pour passer du monde des vivants à celui des morts. Du moins c’est ce que prétendaient les anciens Grecs, et il faut croire ces gens-là parce qu’ils étaient très savants. Dit-on.

Savoir si tout le monde était heureux de franchir le Styx, si ça se faisait dans la joie et l’allégresse, bref si on était bien contents de quitter ce bon vieux monde pour l’autre, c’est une autre histoire. Les anciens Grecs (qui étaient très savants, dit-on), ont invoqué leur droit de retrait (déjà)  pour ne pas se prononcer sur cette question.

Toujours est-il qu’au moment de Noël mon cœur s’est mis à jouer perso et non plus en équipe avec les copains, comme d’hab. Je l’oxygène pourtant consciencieusement à raison d’environ 1500 inspirations par  24 heures, assurant ponctuellement le service de nuit de la respiration : de quoi se plaignait-il ? Mais vous savez, on peut plus se fier aux employés d’aujourd’hui.

Ce salaud de cœur s’est donc mis à faire n’importe quoi de son côté. L’armée étant occupée ailleurs, j’ai dû faire appel aux pompiers (leur uniforme est plus joli) pour me transporter dans un hosto parce que, m’ont-ils dit en arrivant, « vous êtes sub-claquant ». Ce qui vaut mieux que d’être « sous-claquant », j’en conviens, mais arrêtez de m’interrompre tout le temps.

A l’hosto des infirmières adorables m’ont tripoté dans tous les sens. Comme j’étais toujours sub-claquant je n’en ai pas profité et j’ai eu tort, car j’ai vu que certaines n’avaient pas de soutien-gorge (vous voyez que je me dé-claquais vite).

Le médecin-chef m’a dit que je subissais les effets secondaires d’un médicament prescrit par mon cardiologue. Moi j’ai trouvé que les effets n’étaient pas si « secondaires » que ça, puisque j’étais bien enfoncé dans ma sub-claquerie (mais pas assez quand même pour voir les nénés des infirmières pointer à travers leurs blouses). Je me suis surtout dit qu’il fallait changer de cardiologue, ce que j’ai fait. Logique, non ?

j’en conclus que ce sont elles (les infirmières à jolies loloches) qui m’ont ranimé, et non pas les tas de trucs qu’ils m’ont enfoncé dans la plupart de mes veines et tous les orifices, sauf celui auquel vous pensez, bande de cochons, faut pas exagérer.

J’ai donc eu la chance, le privilège insigne, le bonheur, de passer le réveillon dans une grotte médicalisée qui ressemblait à celle de Bethléem, en mieux éclairée. J’ai mangé « sans sel » pendant 10 jours, alors que le lait de la vierge Marie était raisonnablement salé. Mais à part ça, manquait plus que le bœuf et l’âne dans ma crèche.

Donc j’ai été faire un tour jusqu’au bord du Styx, et il s’en est fallu de peu qu’on m’invite à le traverser. Sans me demander mon avis, ce qui est une atteinte à mes libertés fondamentales. Eh bien, vous qui en êtes encore loin, laissez-moi vous dire ceci : c’est pas douloureux. Non, quand on est sub-claquant on n’a pas mal. J’étais un peu surpris, c’est sûr, parce que n’étant encore jamais mort je manquais d’expérience. On s’étonne, on est pris au dépourvu : « Ah, mourir, c’est que ça ? Pourquoi y z’en font tout un plat ? »

A cause des pompiers, du médecin-chef, des infirmières et de leurs nénés, je ne peux pas vous dire comment s’effectue la traversée du Styx. Ni ce qu’il y a après la vie, ce qui ne doit pas manquer d’intérêt.

Veuillez m’excuser. La prochaine fois je prendrai des notes pendant la traversée, et je vous ferai un rapport détaillé.

En attendant portez-vous mieux que moi et pour le prochain réveillon, tâchez de trouver un bon petit hosto avec de gentilles infirmières – mais voilà que je me répète, quand on a le cœur fatigué c’est inévitable, faut pas m’en vouloir.

                                         M.B., 7 janvier 2021.

P.S. : le médecin-chef, ayant un budget à dépenser, m’a fait faire un scanner cérébral. Eh bien j’ai l’honneur d’apprendre à tous ceux qui en doutaient (ils sont nombreux), que j’ai un cerveau. Oui monsieur, oui madame, j’ai vu la photo. C’est plein de trous, mais y’a un peu de matière autour. Alors arrêter de me gonfler en m’disant que j’ai rien dans le crâne, c’est des menteries.

20 réflexions au sujet de « SUR LES RIVES DU STYX »

  1. Luc BOSSUS

    Monsieur Benoît,

    Jusqu’à présent, j’ai apprécié plusieurs de vos articles. D’autres ne rencontraient pas mon adhésion et je vous en ai fait part à l’époque. Quant à celui intitulé « Sur les rives du Styx », je vous dis simplement que je ne l’ai pas du tout apprécié. Sans doute n’ai-je pas le même humour que vous, humour « loué » dans plusieurs des commentaires diffusés. Chacun pense ce qu’il veut…! Ma réaction personnelle est de vous dire que ce que je ressens en lisant cet article est de la vulgarité. Et quand celle-ci concerne les femmes, je ne l’accepte pas du tout ! Ceci n’est que mon humble point de vue, différent des réactions que j’ai lues ce 13 janvier 2021 dans les commentaires émis par quelques-uns de vos lecteurs.
    Suite à ce qui précède, je vous dis franchement que je n’ai plus du tout envie de vous lire. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de me désinscrire en tant que lecteur de votre site. Je vous remercie dès lors d’avance de bien vouloir faire le nécessaire afin que les articles que vous écrivez ne me parviennent plus.
    En vous en remerciant d’avance, je vous souhaite une bonne soirée ou une bonne journée selon le moment où vous lirez mon commentaire.
    Que tous mes voeux de bonne santé vous accompagnent dans la période de convalescence que vous vivez actuellement !

    Répondre
    1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

      cher monsieur,
      En effet, l’humour est chose difficile à manier. Surtout l’humour de dérision, qui consiste à se moquer de soi et de la façon dont on perçoit le monde.
      les Français ont toujours été imperméables à l’humour, inventé par nos vieux ennemis les Anglais et pratiqué par eux avec virtuosité.
      je dois avoir des chromosomes anglais !
      je continuerai, si vous le permettez, à ne pas me prendre au tragique. Et à ne prendre au sérieux dans ce blog que ce qui mérite de l’être, ç-à-dire peu de choses finalement et certainement pas « nous autres ».
      Pour ne plus être incommodé par ma vulgarité bien connue, il vous suffit de vous désinscrire sur la colonne de droite du blog. Le logiciel ne me permet pas de le faire à votre place.
      Et je vous souhaite « bon vent » comme on dit, un vent souriant et tolérant.
      M.B.

      Répondre
  2. Ange Lini

    C’est étrange ce que vous racontez-là Mr Benoit. J’ai eu la même expérience en 2009 lors d’une intervention d’urgence pour une septicémie décelée très tardivement (40.8 de fièvre). Mon cerveau ne contrôlait plus mon corps entièrement tremblant mais il est vrai sans douleur, alors que mes pensées se focalisaient entièrement sur l’anesthésiste qui m’expliquait brièvement ce qu’elle allait m’injecter tout en me rassurant à voix douce d’une inquiétude que je n’avais pas. C’était une femme merveilleuse d’environ 35 ans avec une blouse blanche ouverte jusqu’à la naissance des seins. Mon délirium à cessé et ma bouche tremblante à pu lui demander si elle était eurasienne. Ce dont elle s’offusqua gentiment en me rappelant qu’elle était « entièrement » Vietnamienne. Elle m’endormit d’abord avec un masque alors qu’on fonçait au bloc. Son bras tendu vers mon visage à tenir le masque dans le dédale à rompu le bouton qui laisserait entrevoir toute la nativité. Je me suis endormi sur une vision de rêve. Rien n’importait d’autre … 11 ans après je pourrais dessiner son visage et ses seins. Ces gens là sont formidable.
    Remettez vous bien Mr Benoit. Il reste tant à voir qu’à en dire pour perdre une belle plume comme vous. Je vous souhaite donc une bonne santé plus qu’autres choses

    Répondre
    1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

      Sue le moment j’étais trop « sub-claquant » pour avoir des pensées érotiques. C’est après, une fois à peu près remis, que la vieille bête s’est réveillée. Elle pourrait pas nous laisser tranquilles un moment ?
      M.B.

      Répondre
        1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

          Il n’y a qu’un seul créateur, le diable est créé et il n’a pas de « créatures » ! Le Moyen-âge est fini, savez-vous ?
          M.B.

          Répondre
  3. bernadette de grave

    Les boudhistes disent qu’on est sur terre pour apprendre. Cela justifierait tous les coups qu’on prend régulièrement dans la figure.
    La vie est elle si belle dans « ce bon vieux monde » ? Quand ? Pour qui ?
    Votre expérience me convainc que le jour venu sera peut être un soulagement tout en douceur.
    Néanmoins, je vous souhaite d’être heureux* dans ce bon vieux monde.

    *Heureux : chacun y mettra ce qui l’inspire.

    Répondre
    1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

      Lecteur ne sachant pas lire : je suis un ANCIEN moine. Le mot « ancien » précède le suivant. Par ailleurs : il est certains (puisque les théologiens le disent) que les Anges n’ont pas de sexe. Mais personne n’a jamais dit qu’ils n’ont pas de nez. Et je demande : qu’en font-ils, de leur nez ? Hein ?
      M.B.

      Répondre
    1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

      Tout augmente. L’électricité de 25% en Espagne, et le nautonier Caron ne prend plus sur son bac qu’à plus de 28% du tarif habituel pour traverser le Styx. Je vais me plaindre au syndicat des passeurs d’enfer.. M.B.

      Répondre
  4. ebeth

    Meilleurs voeux et prompt rétablissement tonton.
    Faîtes gaffe quand même, l’ami Pierrot disait aussi, Noel au scanner, Paques au cimetière.
    Enfin vous aviez l’air d’être plus au balcon qu’au scanner, ce qui m’a bien fait marrer.

    Répondre
  5. Rott

    Bonjour Michel,

    Vous n’avez pas quand même oublié que Noël, c’est la fête, selon votre expression, des  » né-nés  » ?.

    Bon rétablissement, et gardez votre humour.

    Gérard

    Répondre
  6. Claude (Mr) Marec

    Bonjour monsieur, merci pour ce texte de haute qualité littéraire, écrit avec flegme apparent sur un sujet très important . Je vous souhaite de tout coeur un bon rétablissement, et de nombreuses bonnes années parmi nous, nous faisant profiter de vous réflexions et observations toujours intéressantes.

    Répondre
  7. BARBIER

    Cher Michel. Je souhaite que tu te rétablisses dans les meilleurs délais. Bonne santé et bonne année. Je transmets souvent tes textes au sein de notre groupe « Unitariens francophones » (quelques 380 membres à ce jour).

    Répondre
  8. Martyne Delaterrière

    Bon retour parmi nous, Michel !
    Heureuse que tu sois toujours sur terre.
    Vu l’absence de billet, je te croyais dans le désert.

    Je ne connais pas la traversée du Styx. Dans Wikipedia, j’apprends que dans la mythologie grecque, le Styx est une Océanide qui sont des nymphes aquatiques, des divinités subalternes de sexe féminin. J’en conclu qu’après avoir été bien secoué dans le véhicule des pompiers, que je salue pour leur dévouement, tu as vite remarqué les jolies nymphes qui ont su émouvoir ton cœur pour t’empêcher de passer à trépas. Merci aux infirmières pour leur travail pénible.

    Reste parmi nous. Prends soin de ton cœur. N’oublie pas de l’oxygéner et donne lui l’occasion de s’emballer.
    N’oublie pas que l’homme est le premier gardien de sa santé avant le médecin.
    Je te souhaite d’être en pleine forme pour commencer 2021.
    Martyne.

    Répondre
  9. Jean-Marie

    « L’humour est thérapeutique et ne coûte rien à la Sécu  »

    Bonne convalo, Michel et meilleure année 2021 possible

    Il se dit que nous seront probablement tous victimes en 2021 d’un terrible virus avec plein de variants très performants qui tous donneront la ch … dysenterie.

    Tout de même entre les masques et les couches beaucoup regretteront les masques, même s’ils sont nuisibles à nos poumons et à notre santé.

    Alors que si on est vraiment positif ça peut- être « seulement » dû à un variant très peu virulent non mortel, ce que cache un unique chiffre global des « nouveaux » contaminés quotidiens.

    Répondre

Répondre à Jean-Marie Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>