Article mis en avant

Bienvenue

Portrait de Michel Benoit© Javotte BoutillierDroits 4 ans 10/06

Bonjour ! Ce blog n’a rien à vendre, j’y dépose de temps à autres l’écho de mes travaux.

Pour chercher un thème, cliquez à droite sur Choisir une catégorie ou sur un mot-clé.
Pour être averti à chaque NOUVEL ARTICLE, mettez votre adresse e-mail à droite.

Ci-dessous Extraits d’articles récents : cliquez sur Lire la suite

SAVOIR, OU CROIRE ?

Je ne regrette pas d’avoir vécu trois vies, dont deux au moins furent un échec. Dans cette quatrième vie qui commence et mènera à l’autre vie, peut-être enfin réussie, je m’aperçois qu’il y a grosso modo trois types d’êtres humains : ceux qui refusent de voir autre chose que ce qu’ils voient, ceux qui croient aveuglément à ce qu’ils ne voient pas, et ceux qui veulent expliquer l’invisible à ces derniers. Commençons par eux. Lire la suite

DU NOUVEAU SUR L’APRES-VIE ?

Depuis la parution en 1975 du livre de Raymond Moody La vie après la vie (1), c’est surtout aux USA et en Angleterre que s’est développée la recherche sur la survie de la conscience après la mort.

On avait depuis longtemps distingué la mort clinique (arrêt du cœur, des réflexes, de la respiration) de la mort cérébrale (électroencéphalogramme plat). Mais Moody et les centaines de chercheurs qui l’ont suivi ont constaté que certains patients, ranimés après leur mort clinique/cérébrale, racontaient des expériences mentales qui supposaient que quand le corps meurt, la conscience peut lui survivre. Lire la suite

TOUSSAINT : UNIQUE EST L’UNIVERS (I)

Quand elles sont apparues (vers 3000 ans avant J.C.) les premières civilisations orientales ont inventé une façon de voir le monde qui a traversé les siècles jusqu’à nous : le dualisme. De quoi s’agit-il ? De la conception d’un univers dominé par deux réalités antagonistes, opposées l’une à l’autre. En Chine le Yin et le Yang, en Inde l’esprit et la matière, en Perse la puissance bénéfique et la puissance maléfique. La confrontation permanente entre ces deux réalités expliquait à la fois notre nature humaine tiraillée entre Bien et Mal et celle d’un univers déchiré entre deux extrêmes irréconciliables.

N’y avait-il donc sur terre pas d’autre perspective que le combat pour échapper au Mal, et la souffrance qui l’accompagne ? Lire la suite

UN PROGRAMME (« les neiges d’antan » II)

« Jésus fut conduit en esprit dans le désert. Et il y resta pendant quarante jours, tenté par le Diable ». Quarante jours, durée symbolique. Période longue, pendant laquelle nous sommes vulnérables, ne pouvant échapper ni  aux forces du Mal, ni à leurs attaques à la fois individuelles et collectives.

« Après avoir épuisé toutes les formes de tentations, le diable se retira » (1). Raffinement suprême : toutes les formes de tentations. N’y aura-t-il donc jamais de répit ? Va-t-il falloir subir en vagues successives les souffrances causées par Le Mal, l’une après l’autre, jusqu’au bout ? Lire la suite

AIMER ( Les  »neiges d’antan » I )

                                            (Prononcé en 1981 dans une paroisse de la banlieue parisienne,                                                        devant une assemblée de parents & leurs adolescents)

Nous venons dans cette église pour ‘’Dieu’’, comme si ça allait de soi. Mais selon l’âge que nous avons, nous ne mettons certainement pas la même chose dans ce mot-là.

Nous autres, les adultes, nous cherchons plutôt comment rencontrer celui qu’on appelle ‘’Dieu’’. Et ça concrètement, au quotidien.

Les jeunes, je crois qu’ils n’en sont pas là. La plupart du temps ils se demandent d’abord : « Est-ce que c’est vrai, que Dieu existe ? » Et puis : « Ce Dieu, qui est-il ? » Lire la suite

AUX LECTEURS

 Depuis 30 ans, par des livres, des conférences, des interventions médiatiques, des articles dans ce blog, j’ai tenté de proposer un éclairage sur l’actualité à la lumière de mon expérience peu banale et de l’étude des sources. Peu à peu, chemin faisant, des lueurs apparaissaient, des certitudes se faisaient jour. Et ce fut merveilleux, ce partage avec tant de lecteurs et d’auditeurs. Lire la suite

JE CROIS, PARCE QUE C’EST ABSURDE

 Pendant deux ou trois mille ans, il n’y eût pas de dieux : la nature en tenait lieu, soleil, lune, feu, grands arbres… La nature était divinisée pour pouvoir être implorée, achetée par des offrandes, maîtrisée. Puis nous avons créé des dieux à figure humaine, qui avaient le pouvoir de déchaîner ou d’enchaîner la nature et les passions. Ainsi de Jupiter pour l’orage, de Pluton pour le feu, de Vénus et Aphrodite, etc. Ces dieux revêtaient un costume humain pour accomplir leur tâche puis l’abandonnaient en remontant dans l’Olympe.

Tout changea avec l’irruption d’un seul dieu, créateur de l’univers visible et invisible. Esquissé en Mésopotamie, ce dieu trouva son identité dernière dans la Bible juive et ce furent les premiers chrétiens qui posèrent le problème déjà entrevu par les philosophes grecs : est-il raisonnable de croire en un dieu ? La raison et la foi sont-ils compatibles ? Lire la suite

ABSENCE MICHEL BENOIT

Fatigué par le désert des hommes, l’auteur  part pour quelques semaines dans le désert tout court.

A travers le silence, j’espère me rapprocher de ce qui manque tant à notre époque crépusculaire.

En attendant n’hésitez pas à naviguer parmi les 490 articles de ce blog, en utilisant les mots-clés ou les « catégories » de la colonne de droite.

et bon vent à vous !

M.B.

PEUT-ON COMMUNIQUER AVEC NOS MORTS ?

 M. me raconte que sa mère dit bonsoir à son mari, puis s’effondre : la mort était là. Deux jours après, son mari, homme au cœur humble, la voit à côté de lui. Elle est éclatante de lumière et lui affirme : « Ne sois pas triste. Traverse tranquillement ces journées. Sache que maintenant je ne suis plus de la terre, mais du ciel. (1)

C’était en mars 1945. Jeune jésuite, j’étais alors à Berlin qui croulait sous les bombes. Soudain j’entends tambouriner à la porte. J’ouvre et vois un jeune homme, son visage nettement éclairé par les incendies : « Vite, allez à tel endroit, mon père est en train de mourir ! » J’y cours et dans les décombres je trouve un homme âgé, déjà mort. Dans sa poche, un portefeuille. En tombe la photo du jeune homme aperçu à l’instant. Au dos de la photo, une ligne : « Mon fils, mort sur le front russe en 1943 ». (2) Lire la suite

LA FLEUR DU JARDINIER (petit conte d’été pour un monde en perdition)

C’était un pays tout entier comme un immense jardin. Couvert de fleurs tellement belles et tellement exubérantes, que tous ceux qui passaient par là se demandaient comment cela était possible. Il devait y avoir un secret : une telle abondance de fleurs gorgées de vie, cela ne se voyait pas tous les jours. Et les passants se demandaient quel pouvait bien être le secret de ce jardin.

Le secret était tout simple : c’était un bonhomme de jardinier qui trottinait inlassablement dans les allées, avec un sourire rayonnant de bonté. Dès qu’on le voyait, on comprenait qu’il avait pour ses fleurs un immense amour. Il leur parlait, et sous sa parole les fleurs se penchaient, s’étiraient, s’épanouissaient et se mettaient comme lui à sourire. Certains prétendent même que les fleurs, parfois, parlaient au jardinier. Mais je n’ai jamais entendu ce qu’ils se disaient. Ça devait être unique, le dialogue entre le jardinier et ses fleurs. Lire la suite