Article mis en avant

Bienvenue

Portrait de Michel Benoit© Javotte BoutillierDroits 4 ans 10/06

Bonjour ! Ce blog n’a rien à vendre, j’y dépose de temps à autres l’écho de mes travaux.

Pour chercher un thème, cliquez à droite sur Choisir une catégorie ou sur un mot-clé.
Pour être averti à chaque NOUVEL ARTICLE, mettez votre adresse e-mail à droite.

Ci-dessous Extraits d’articles récents : cliquez sur Lire la suite

LE DIABLE EXISTE-T-IL ? Les mystiques (II).

Les commentaires au précédent article résument bien nos réticences à admettre l’existence d’une puissance maléfique personnalisée, et notre rejet viscéral d’une telle réalité. C’est toute notre culture, notre éducation rationaliste et scientifique qui s’opposent à l’idée d’un ou plusieurs diables acharnés à nous faire souffrir et à nous perdre. On invoque le « déterminisme scientifique », on dit que « Satan décrit plus une situation qu’un être démoniaque », on parle d’adversité, de destin, de fatalité, d’hypertrophie de l’égo – bref, de forces impersonnelles, aveugles et incontrôlables dont nous subissons les méfaits. On rappelle le vieil argument : « Dieu est bon, donc il ne peut être l’auteur du Mal. » Il nous a dotés d’un libre arbitre, c’est nous qui en usons mal et sommes responsables de tout.

Ces arguments sont battus en brèche par le regard porté sur l’histoire de notre planète, par la relecture de nos vies personnelles et par les expériences hors normes des mystiques. Lire la suite

PRIMAIRES FRANÇAISES (III) : FIN DU CLIVAGE GAUCHE-DROITE ?

          Les élections primaires bouleversent un dogme bétonné en France depuis plus de 200 ans, le clivage gauche-droite.

Naissance du clivage gauche-droite

         C’est dans la salle des Menus Plaisirs de Versailles que de l’Assemblée Constituante a voté l’abolition des privilèges la nuit du 4 août 1789 et la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen le 23 août suivant. Ces deux étapes franchies, une partie de l’Assemblée estime que la Révolution a atteint son but, qu’elle doit s’arrêter là. Mais l’autre partie veut aller plus loin, beaucoup plus loin : abolir l’autorité royale et la remplacer par le pouvoir du peuple. Deux conceptions totalement différentes de la société s’affrontent dans cette salle rectangulaire à l’acoustique déplorable, la cohue est indescriptible. Pour que les 1200 députés puissent se compter, le 11 septembre 1789 le Président de l’Assemblée finit par demander à ceux qui veulent s’arrêter aux acquis de la Révolution de se ranger à sa droite, et à ceux qui veulent la poursuivre de se ranger à sa gauche. Peut-être s’est-il inspiré ce jour-là des caucus de la jeune république américaine ? (1)

            Le clivage gauche-droite est né ce jour-là. Deux visions politiques opposées qui se font physiquement face : à droite on veut réformer sans détruire, dans le respect de l’ordre et de l’autorité. À gauche on rêve de créer un Homme nouveau dans une société nouvelle, qu’on bâtira après avoir jeté à bas la société actuelle. À droite la réforme raisonnable, à gauche la révolution permanente. Deux façons de penser, deux mentalités politiques irréconciliables qui vont se haïr, s’entredéchirer, se faire la guerre pendant deux siècles.

            En 1958 De Gaulle a voulu atténuer ce clivage dont il voyait à quel point il paralysait la société française. Dans sa Ve République, le président sera élu au suffrage universel direct, pour une durée de sept ans. Comme le mandat des députés ne dure que cinq ans, le président ne sera pas lié aux partis politiques. En cas d’alternance il s’accommodera du choix des Français, ce sera la cohabitation.

La VIe République     

           Avec l’introduction du quinquennat, le président de la République n’est plus au-dessus des partis. Il a perdu son indépendance en devenant de fait le chef de son parti, normalement majoritaire dans une élection qui suit la sienne et la confirme. Depuis lors, nous vivons dans une VIe République qui ne dit pas son nom.

           La généralisation des primaires a parachevé ce passage silencieux d’une République à l’autre. Car désormais, les candidats des deux partis dits ‘’de gouvernement’’ sont désignés avant l’élection présidentielle. Laquelle consacre la domination de ces partis dont les candidats ont toutes chances de l’emporter sur les candidats indépendants. (2)

           Ce nouveau système ne s’inspire qu’en apparence des primaires américaines. Pour ces dernières, les sympathisants d’un parti votent pour leur candidat : aucun républicain n’ira voter pour un partisan démocrate et vice-versa : ce sont des primaires fermées. Tandis que nos primaires françaises sont ouvertes : chacun, ‘’de droite’’, ‘’de gauche’’ ou d’ailleurs, peut participer à la primaire du parti pour lequel il ne vote pas habituellement. Des primaires ouvertes, c’est de fait la fin du clivage gauche-droite.

La charte des deux partis

           Une seule condition : reconnaître les valeurs du parti adverse en signant sa charte. Pour certain, admettre les valeurs de « l’autre », apposer sa signature en bas de la charte d’un parti dans lequel il ne se reconnaît pas, c’est une « trahison », un « déshonneur ». Eh bien, voyons le texte de ces chartes :

1- Pour le parti Les Républicains : « Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France ». En quoi les valeurs républicaines et le redressement de la France peuvent-ils faire honte à un électeur dit ‘’de gauche’’ ? D’autant plus que beaucoup souhaitent une alternance au gouvernement calamiteux de M. Hollande.

2- Pour le parti socialiste : « Je me reconnais dans les valeurs de la gauche et de la République en défendant le projet d’une société de liberté, d’égalité et de progrès solidaire, dont tous les membres jouissent des mêmes droits ».

           En quoi les valeurs de la République, la liberté, l’égalité des droits, le progrès et la solidarité peuvent-il déshonorer un électeur dit ‘’de droite’’ ?

           Quiconque se veut simplement citoyen français peut signer l’une et l’autre charte sans déchoir ni trahir ses convictions profondes.

Un devoir de citoyen : aller voter aux primaires de droite comme de gauche

           Il me semble donc impératif d’aller voter à chacune des deux primaires, celle du parti LR comme celle des socialistes. C’est une démarche d’unité nationale qui dépasse enfin le clivage gauche-droite. Laisser de côté des susceptibilités d’un autre âge, pour avoir, face à Mme Le Pen, un candidat acceptable aux citoyens que nous sommes. Aller voter avec sa raison, aller voter utile pour préserver notre démocratie.

                                                                       M.B., 18 novembre 2016
(1) À l’origine aux USA, les sympathisants d’un parti se réunissaient dans une grande salle et chacun se rangeait dans un coin sous la bannière de son candidat : on votait en se déplaçant physiquement. Le système des caucus existe encore dans une douzaine d’états américains.
(2) On verra si l’aventure lancée par M. Macron fera mentir ce calcul. S’il devait être élu président contre les candidats des partis, ce serait finalement un retour à l’esprit de la Ve République.

:

PRIMAIRES FRANÇAISES (II) : QU’EST-CE QUE LE POPULISME ?

           Trump est populiste, Mme Le Pen est populiste, M. Sarkozy est en train de le devenir… de quoi parle-t-on ?

            Le populisme, ce sont quatre slogans : parler au nom du peuple, disqualifier les élites, attiser les passions, promettre la lune. Lire la suite

LE DIABLE EXISTE-T-IL ? (I) LES MYSTIQUES

             Le diable (le démon) a-t-il une existence réelle ?

            Pendant des années, j’ai été convaincu que la réponse était : non. Scientifique formé à l’école du positivisme français, rationaliste, je me refusais à admettre qu’il y eût un monde d’être vivants, personnels, au-delà du monde perçu et mesuré par la science. La seule réalité réelle était celle qui apparaît à nos sens : il n’y avait pas de monde au-delà des apparences.

            Et puis… et puis j’ai travaillé les textes anciens et récents, j’ai écouté la rumeur des civilisations, et j’ai changé d’avis. Lire la suite

ATTENTATS À RÉPÉTITION (2) : les choses bougent ?

            Dans Attentats à répétition (1) : pourquoi et jusqu’à quand ? , je soulignais le poids de la Pensée Unique qui interdit aux politiques, aux médias et aux dignitaires religieux de comprendre et d’aborder le problème posé par la guerre que nous mènent les djihadistes.

Lire la suite

ATTENTATS À RÉPÉTITION (1) : pourquoi et jusqu’à quand ? ?

            Sept attentats meurtriers en 18 mois. Pour la première fois depuis les massacres de septembre 1792 à Paris et les guerres de Vendée, un prêtre catholique tué sur le sol français en tant que prêtre. Pourquoi ? Je résume ici des articles détaillés déjà publiés sur ce blog. Lire la suite

ARMAND PIRONNEAU (1921-2016), chirurgien, homme de cœur, patriote

Le Dr Armand Pironneau est mort le 19 mai 2016 à 6 heures du matin, paisiblement, entouré de l’affection des siens. Comme la petite chèvre de monsieur Seguin, il s’est bien battu toute la nuit. Il aurait détesté une ‘’notice nécrologique’’, détesté cet article, et l’aurait remplacé par une de ses blagues qui nous faisaient hurler de rire. Lire la suite

AUX SOURCES DE LA CULTURE OCCIDENTALE, L’ÉVANGILE SELON St JEAN (Conférence aux Francs-Maçons)

               Quatre petits textes, les évangiles qu’on appelle canoniques, ont marqué de leur empreinte la naissance et le développement de l’Occident, de sa culture, de ses mœurs civiles et politiques, sa religiosité. Pour comprendre le rôle qu’ils ont joué, il importe de savoir qui étaient les auteurs de ces textes, et quelles furent leurs intentions en les rédigeant dans la version qui nous est parvenue ? Lire la suite