ILS CONTEMPLERONT CELUI QU’ILS ONT TRANSPERCÉ : POURRISSEZ MACRON !

Macron remet-il à sa place un lycéen qui lui a manqué de respect ? On ne diffuse que les premières secondes – la semonce, pas le dialogue pédagogique détendu qui a suivi. Après le remaniement, fait-il une allocution télévisée ? On ne parle que de l’éclairage déficient du plateau, « crépusculaire comme son règne » commente un député LR. Fait-il un long déplacement dans les Antilles ? On ne le voit que parlant à un adolescent délinquant. Fait-il un le pont à la Toussaint ? On l’accuse de se la couler douce. Propose-t-il (comme avant lui De Gaulle, Chirac et Mitterrand) une distinction entre le Pétain vainqueur de Verdun et le traître de 1940 ? On l’accuse de racolage fasciste. Et ainsi de suite.

Avoir la peau du Président

À la radio, sur les plateaux TV, dans la presse écrite, pas un journaliste, pas un commentateur ne défend son action, ni même ne reprend les grands discours fondateurs (Ouagadougou, La Sorbonne, au Congrès de Versailles etc.) où il  a situé son action politique dans un contexte géopolitique et historique. Ne sont invités devant les micros que des opposants amers, vindicatifs, méprisants ou insultants, qui s’emparent des détails pour cracher leur haine sans jamais rien proposer. Comment en est-on venu à ce harcèlement de chaque instant, à cet acharnement, à ce niveau de violence verbale ?

Ah ! C’est comme ça ? Eh bien, tu vas voir !

C’est que M. Macron a commis deux fautes, deux péchés qui ne connaissent ni oubli ni rémission.

Premièrement, il a mis en pleine lumière la médiocrité des partis politiques de gauche comme de droite et de leur personnel vieillissant. Il a proposé aux Français un grand coup de balai, ils ont saisi le manche avec délectation et renvoyé ces professionnels de l’échec dans les ombres de leurs insuffisances. Par sa seule présence il leur a fait comprendre qu’ils étaient pleins de mauvaise graisse et n’avaient pas compris qu’on entrait dans un nouveau monde. Il a osé montrer du doigt « l’Ancien Monde », et son doigt leur a porté l’estocade finale. Subitement détrônés, aucun des perdants n’a accepté d’avoir perdu : depuis mai 2017, ils ruminent leur vengeance comme Edmond Dantès au château d’If. De Mélanchon à Le Pen ils n’ont qu’une idée en tête : prendre leur revanche, et par tous les moyens. Le plus efficace, le moins onéreux étant de rabaisser celui qui a gagné sur leur manque de talent et de courage.

Deuxièmement, il a coupé le cordon ombilical qui reliait ses prédécesseurs aux journalistes et commentateurs politiques. Finies les confidences verbeuses, les entretiens amicaux, la main posée sur l’épaule : le nouveau Président se méfiait d’eux et ne leur ouvrirait plus sa porte. Les privant ainsi de ce qui faisait leur vie, être importants puisqu’ils étaient les importants du prince,

Unis pour la première fois dans leur insupportable frustration, politiciens, commentateurs et médias de tous poils se sont pris par la main pour la danse du scalp. « Ah, c’est comme ça ? Il nous a tués, donc il nous méprise ? Eh bien, on va lui montrer, à ce petit prétentieux, qui on est ». Et d’organiser, sans besoin de concertation tellement ils étaient unanimes, une vaste et incessante opération de harcèlement à tous les niveaux. « Son coup de balai, on le lui fera payer. Quoiqu’il fasse, quoiqu’il dise et même s’il ne dit rien, il aura tort et sera indigne ».

À force de l’entendre en boucle sur toutes les ondes, cette propagande porte ses fruits dans l’esprit des Français. Résultat aux derniers sondages : 29 %.

Les réseaux sociaux

S’ajoute un phénomène tout nouveau, les réseaux sociaux qui permettent à chacun d’apparaître sur un écran. Le « quatrième pouvoir » des médias se voit doublé d’un cinquième encore plus puissant, et qui accomplit le rêve de tout révolutionnaire : le pouvoir au peuple. Certains Jacobins de 1793 proclamaient que « le peuple a toujours raison ». Mais soixante millions de cervelles ne font pas un cerveau. Le peuple ne ‘’pense’’ pas, il ressent et il réagit. C’est pourquoi il confie à des représentants en petit nombre la charge de mettre ses sentiments en pensée et en action.

Mais ceux-là ont oublié leur mission pour s’en attribuer une seule : pourrir Macron. « Et après ? » « Après on s’en fout. Après on reprendra la petite vie d’avant » C’est sans doute ce que se disait Daladier en revenant de Munich.

Si De Gaulle, si Mitterrand avaient eu en face d’eux des réseaux sociaux, ils n’auraient pas tenu une journée.

Ils contempleront celui qu’ils ont transpercé

J’ai entendu un politicien se plaindre : « Je vois apparaître, disait-il, une difficulté nouvelle : on trouve de moins en moins de candidats prêts à s’engager dans l’action politique. Aux postes de commande, nous connaissons une crise de recrutement inédite. Plus personne ne veut faire ce métier ».

Avant son élection, le banquier Macron gagnait huit à dix fois plus d’argent qu’à l’Élysée. Il profitait de ses week-ends, ses 5 semaines de vacances, de ses soirées en famille. Il avait aussi, et cela compte, des amis. Tout cela, il a choisi de s’en défaire pour servir son pays. Car je ne doute pas qu’il était sincère quand il affirmait au soir du second tour qu’il s’engageait « à nous servir ». Après tant d’avanies je comprendrais qu’il dise un jour : « Mes amis, j’ai beaucoup quitté pour me faire insulter et couvrir de boue. Allez vous faire foutre, je retourne à la vraie vie ».

S’il échoue ou s’il renonce, quand ils l’auront jour après jour transpercé avec jubilation les journalistes et politiciens feront des émissions, commenteront, analyseront, péroreront, savoureront leur pouvoir restauré. Ils contempleront ce qu’ils ont fait.

Comme Genseric, j’imagine, contempla un jour les ruines de Rome mise à terre par ses soins attentifs.

                                                                                  M.B., 9 novembre 2018

16 réflexions au sujet de « ILS CONTEMPLERONT CELUI QU’ILS ONT TRANSPERCÉ : POURRISSEZ MACRON ! »

  1. NM

    Bonjour,
    Autant j’apprécie beaucoup (comme tant d’autres!) vos analyses portant sur les religions autant je trouve vos opinions en matières politique des plus navrantes,chose qui se constate au nombre des réactions d’internautes(3 au moment ou j’écris ses lignes).
    Vous dites la chose suivante: »Avant son élection, le banquier Macron gagnait huit à dix fois plus d’argent qu’à l’Élysée. Il profitait de ses week-ends(….) Tout cela, il a choisi de s’en défaire pour servir son pays ».
    C’est à mourir de rire!
    Vous pensez vraiment que Mr Macron a tout quitté pour « servir » la France?
    E.Macron a été placé par des réseaux financiers pour renvoyer des ascenseurs(€€€€),chose qui se constate à chacune de ses mesures.
    Sont objectif est de transformer la France en état libéral en utilisant des méthodes digne d’un joueur de bonneteau.
    Comme l’expliquait récemment Emmanuel Todd,Macron à réussi à cristalliser le fantasme du FN,à savoir incarner les valeurs de l’UMPS: »gauche des valeurs et droite du travail ».
    Cordialement.

    Répondre
    1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

      Merci. Je savais que cet article sur Emmanuel Macron m’apporterait quelques volées de bois vert. Ce blog s’intitule « Une vie à la recherche de la vérité intérieure, morale ET POLITIQUE ». Parce que la religion n’est pas dissociable de la politique, je ne me suis jamais cantonné au seul domaine religieux. La vie est une.
      Dans l’opinion publique domine la « Pensée Unique », celle que lui martèlent les politicards et les médias : ne jamais voir que le verre à moitié vide, asséner des vérités sommaires, partiales, non vérifiées.
      Ainsi on peut dire que M. Macron favorise « les riches ». Mais on peut aussi dire qu’il tente une 3e voie que celle qui nous a conduit à l’échec depuis 40 ans : redonner vie à l’entreprenariat. Débloquer l’argent, le travail, la formation, etc.
      Comme E. Todd dont c’est la spécialité, on peut toujours cracher de la bile.Mais on peut aussi s’échapper de la Pensée Unique dominante (et toujours négative) pour regarder vers le positif. C’est ma liberté, et je n’ai pas l’intention d’y renoncer (même si elle agace les captifs).
      Amicalement, M.B.

      Répondre
    2. Debanne

      Bonjour,

      Comme disait Desproges : « Les enfants croient au Père Noël, et les adultes votent. »…

      Cher Michel Benoit, avez-vous lu les ouvrages tout à fait remarquables de Christine Pedotti et celui de Didier long ? Je veux parler de : « Jésus, l’homme qui préférait les femmes » et « Jésus, l’homme qui aimait les femmes ».
      A la réflexion,vos analyses mettent peu en évidence la place et le rôle des femmes qui se déployaient autour de Jésus.
      Avez-vous eu le temps de les lire, et si oui, qu’en pensez-vous ?
      Amicalement,
      H de D.

      Répondre
      1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

        Cher Desproges ! Avec Rabelais et San-Antonio, le seul qui me fasse (encore) rire.
        Non, je n’ai pas lu. Dans « Jésus, mémoires d’un Juif ordinaire », je montre bien la place des femmes auprès de Jésus.
        Ce ne sont pas les femmes qu’il préfère, mais les enfants. A l’époque la pédophilie n’existait pas : c’est un écho direct du Psaume 130.
        M.B.

        Répondre
  2. Loransea

    Bonsoir Michel, Je ne sais pas ce que vous trouvez à cet Emmanuel Macron à moins que vous ne soyez en amour ; je ne comprends pas votre aveuglement. Déjà votre dythirambe sur le discours de Ouagadougou était discutable mais là encore, tandis que votre champion révèle sa nullité, vous accusez les journalistes de son échec c’est assez comique.
    Il n’a rien de jeune ni de neuf, sa politique est un mauvais copié-collé de Mme Thatcher. Qu’il devienne un énienne bouc émissaire de la vindicte publique dans quelques mois n’étonnera que vous. Je vous invite à lire le Sacrifice inutile de Paul Dumouchel un disciple avisé de René Girard. je ne suis pas toujours d’accord avec lui mais son interprétation du politique est intéressante.
    Par ailleurs, il y aurait beaucoup à dire sur le soi-disant engagement « sincère » de macron de nous servir. Je doute qu’il est défini ce « nous » mais il est assez clair qu’il pensait avant tout à ses collègues banquiers, affairistes et autres puissants qui ne manqueront pas de lui trouver une bonne place pour la suite de sa carrière car oui l’Elyssée est juste un plan de carrière pour Macron de son propre aveu. C’est un jeune homme, brillant, malin (au premier sens du terme, il fait le travail de Satan, satan le diviseur, satan l’accusateur) mais il n’est pas du tout en phase avec les enjeux de l’époque ou alors il a une stratégie cachée mais dans ce cas cela confirme mon hypothèse qu’il sert son intérêt personnel et celui de ses commanditaires puisque, dit-il, il n’a pas d’amis.
    Les seuls point positifs que je retiens : la reconnaissance de l’usage de la torture par l’armée française en Algérie et dire que la colonisation est un crime contre l’humanité… mais cela s’arrête malheureusement ici c’est à dire aux mots. Car que dire de la colonisation financière de la Grèce par l’Union Européenne…
    Macron n’est pas Jésus, quand le commandement dit tu ne tueras point jésus ajoute 2000 ans avant psychologie magazine : vous ne devez pas insulter ! Macron dit « je vais moraliser la politique en imposant un casier judiciaire vierge pour être éligible » et il fait voter une loi où cet amendement a disparu !
    Si la presse qui la montée au pinacle en 2017, le lynche en 2018 c’est parce que les patrons de presse se sont sentis menacés par son projet de modification constitutionnelle qui devait lui donner encore plus de pouvoir. Ces commanditaires lui ont coupé les pattes avant qu’l tente de faire son « 18 brumaire ».
    Macron c’est beaucoup de mots et peu d’actes vraiment tranchants, Macron est creux et son quinquénnat sera un échec dans tous les domaines ou il avait prétendu faire la rupture ce qui n’est pas étonnant. Il s’est pris pour Napoléon, il n’est que Grouchy.

    Répondre
    1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

      Merci de ce bon exposé de la Pensée Unique en vogue.
      Si, comme vous le prédisez / souhaitez M. Macron échoue, nous aurons une extrême droite au pouvoir – comme ailleurs en Europe. Alors nous serons enfin d’accord, puisque baillonnés et réduits au silence.
      Le « Silence des Agneaux ».
      M.B.

      Répondre
      1. Loransea

        Bonsoir Michel, la pensée unique n’est pas de mon côté mais du côté des élites de l’Union Européenne qui nous martèle justement cette pensée unique « c’est nous ou l’extrême droite » et vous l’aurez l’extrême-drite si vous continuez à prétendre que la politique de Macron est une troisième voie alors que ce n’est que la continuation de 30 ans de libération de l’économie financière… et l’application bête et servile des grandes orientation de politique économique de l’Union Européenne.
        Mais revenons à votre objectif de recherche de liberté intérieure, morale et politique : si la politique est la conduite de la cité et si votre objectif est de libérer l’entrepreneuriat, débloquer l’argent (savez-vous combien d’argent frais la BCE a offert aux banques depuis trois ans, plus qu’un SMIC par habitant de l’UE !), le chômage… aucun développement ne se fait sans énergie et l’énergie a la fâcheuse habitude de se conserver or les énergies fossiles que nous brûlons toujours plus vite engendre un changement d’état de cette énergie qui passe d’un état semi-solide latent (dans le sous-sol) à un état gazeux dans l’atmosphère bref la croissance économique industrielle carbonée chauffe l’atmosphère ce qui est bon pour nos retraités mais peut-être pas pour lontemps… d’un autre côté, ces combustibles (appelés à tort énergies) fossibles sont limités et arrive un jour où ceux-ci ne seront plus produits en quantité suffisante pour répondre à la demande toujours croissante (ce jour est déjà passé selon certains) donc le Macron tout sympathique qu’il est ne pourra rien changer aux lois de la Physique ne vous en déplaise.
        Et c’est en cela que je prétends qu’il est nul. Il ne prépare absoluement pas notre pays au choc que va engendrer la prochaine crise énergétique qui devrait survenir toutes choses étant égales par ailleurs vers 2020 selon l’IEA.
        Je ne sais pas ce que vous appelez pensée unique : soit l’humanité a des esclaves énergétiques mais la maison va devenir de moins en moins vivable en raison des rejets collatéraux de ces esclaves, soit vous avez des vrais esclaves en chair et en os, ça réchauffe moins vite l’atmosphère mais est-ce ce que nous voulons soit nous acceptons nos limites, notre finitude, et nous choisissons la démocratie directe et radicale, le partage des travaux, la sobriété, la convivialité, la décroissance économique…
        Bien à vous

        Répondre
        1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

          1- Voyez 2 ou 3 articles dans ce blog sur la « Pensée Unique » (mot-clé dans « rechercher »). La Pensée Unique c’est celle qui est assénée par tous les moyens de pression (médias et politiciens professionnels). Elle est non-construite, non-critique, non-raisonnée, détourne les faits pour imposer une idéologie sommaire. Elle se trouve aussi bien dans la nomenklatura européenne que dans le populisme. La différence c’est que les 1ers sont dans l’action, les seconds dans la réaction.
          2- Énergies fossiles : on sait qu’il n’y en a plus pour longtemps, donc elles vont augmenter inexorablement. Compenser cette augmentation par une baisse des taxes, c’est retarder la conversion vers d’autres énergies – qui ne peut s’effectuer que par les particuliers. C’est comme pour le tabac ; seule l’augmentation de son prix force les fumeurs à moins fumer.
          Seulement les Français ne supportent ni qu’on les force, ni qu’on change leurs habitudes. Donc ils bloquent, ce qui est le degré zéro de la réflexion et de l’action.
          M.B.

          Répondre
          1. Loransea

            Bonjour Michel, les grands médias dont vous dites qu’ils nous assènent la Pensée Unique ont fait élire Macron ! Que leur reprochez-vous donc aujourd’hui ? Malheureusement à traiter de populiste des personnes qui cherchent à interroger le réel, c’est maintenir cette dualité artificielle. Macron n’est qu’une gravure qui sert à maintenir au pouvoir une élite qui refuse le changement. Ce n’est pas le peuple qui refuse le changement ce sont nos élites qui refusent de changer parce qu’elles ont tout à y perdre !
            Quant au point 2, l’augmentation du prix des energies fossiles ne changera rien au fait que si le rendement énergétique tombe à 1, vous n’aurez plus de pétrole, de gaz ou de charbon disponible même si la Terre en contient encore pour des années, que dis-je des siècles !
            Le problème n’est pas de taxer l’énergie mais de taxer les plus gros consommateurs et ce ne sont pas les Français qui triment au quotidien pour s’en sortir qui sont les pollueurs mais ceux qui poursuivent la mondialisation. L’Europe est le laboratoire de cette mondialisation : aucune barrière douanière, libre circulation des capitaux, concurrence fiscale indécente (je vis au Portugal ou les hopitaux publics ferment pour cause d’austérité tandis que les riches retraités de l’Europe du Nord se font soigner dans des cliniques flambant neuves mais inaccessibles au Portugais moyen) l’Union Européenne a-t-elle un budget pour maintenir des hôpitaux publics de qualité dans l’Europe du Sud ? Non. Lutte-t-elle contre l’évasion fiscale ? Non, elle l’encourage. La politique de l’UE que Macron applique à la virgule près va nous exploser à la figure à moins que le peuple de France soit moins cynique et qu’il reprenne son avenir en main.
            En outre votre comparaison avec le tabac ne tient pas : vous pouvez vivre sans tabac mais vivre sans pétrole dans une société dont c’est le sang, c’est quasiment mourir à tout le moins mourir socialement et économiquement ce qui est proche d’une mort physiologique !

            Quant à votre lecture action, réaction, j’ai plus de 50 ans et ce que j’ai vu c’est 40 années de réaction au changement de la part des élites à laquelle le peuple a bien tenté d’agir par le seul moyen légal que la Constitution lui laisse, le vote. En 2005, les élites de ce pays ont trahit leur peuple. j’avais voté Oui mais j’ai été scandalisé quand les députés ont voté contre leur peuple en 2008. Et cela m’a ouvert les yeux sur les mensonges de ceux que vous conspuez (média et politiques professionnels) mais par quel miracle Macron échappe-t-il à votre critique, ce pur produit de ceux que vous conspuez ?

            Répondre
            1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

              Pardonnez-moi de ne pas poursuivre cet échange. Nous vivons la même Histoire mais ne voyons pas la même chose. Deux regards incompatibles…
              Amicalement
              M.B.

  3. PEREIRA DA COSTA

    L’analyse de Michel BENOÎT est pertinente et met bien en exergue cette tendance qu’est la nôtre, de brûler ce que nous avons pu adorer, sans laisser le temps de toute gestation légitime avant les résultats espérés. Comme si un quinquennat pouvait être suffisant pour mener à bon terme toutes les réformes (dont la plupart de ceux qui le critiquent aujourd’hui, n’ont pas été en mesure d’accomplir) indispensables à une mise à niveau de notre beau pays.
    Ayant accompagné avec conviction l’émergence de cette nouvelle génération politique depuis sa genèse, je ne résiste pas à la tentation de revenir sur ma réaction à chaud par ce message adressé par voie email à notre Président en date du 8/05/2017, lors duquel, j’ai, humblement avancé certaines réflexions sur cette immense tâche à laquelle il était confronté mais qu’il faudra, quoi qu’il arrive, mener à son terme!

    « Bonjour Monsieur le Président !

    C’est avec une certaine émotion que j’ai assisté via France 2, à la manifestation du souvenir de la défaite des puissances de l’Axe par les Alliés à l’Arc du Triomphe. Votre présence aux côtés du Président Hollande a été en mesure de confirmer combien vous endossiez à bon escient, ce costume qui vous sied, celui de Président de tous les français.

    Je suis fier d’avoir, avec conviction et humblement, contribué à apporter une petite pierre à cet édifice commun que vous êtes en train de bâtir pour le bien de tous !

    Vous avez créé l’événement en bousculant les anciennes références, liées aux couleurs des différents partis qui ont presque tous, cherché à vous combattre et qui ne manqueront pas de réitérer pour les législatives à venir.
    En prenant l’initiative de chercher à mettre ensemble des compétences, ne résultant pas impérativement, d’appartenance idéologique mais pouvant, par la complémentarité évidente de leurs différences, aider la France à franchir ces batailles ardues qui nous attendent, vous avez fait preuve de votre qualité et de votre ouverture d’esprit, conditions sine qua non de la réussite.

    Vous êtes condamné à gagner, en qualité de notre dirigeant élu et pour ce faire vous devrez vous appuyer sur ce socle de citoyens, ayant répondu sans réserves à l’appel qui fut le vôtre et qui doit se renforcer, créant ainsi le noyau dur de votre mouvement.

    L’horizon est loin d’être dégagé avec le prochaines élections législatives, dont le résultat est indispensable pour que vos différents chantiers visant l’amélioration de notre cadre de vie face aux défis de l’avenir puissent aboutir. Pour y faire face, une mobilisation sans faille doit être entreprise depuis le plus petit dénominateur commun qui nous unit, j’ai cité l’entité communale, quelle que soit sa taille.

    Je reste convaincu que la morphologie métropolitaine de notre pays doit encourager la mise en place d’un maillage, à l’image des relais templiers, pouvant collecter les informations à remonter à la tête du mouvement et par la même occasion devenir les référents dont l’exemplarité civique prolonge de facto la philosophie de gestion que vous êtes appelé à incarner.

    Par ailleurs nous devrons avancer vers des modifications significatives annoncées, savoir :

    • Limiter l’exercice des mandats successifs à deux pour éviter que des roitelets ne s’installent dans les composantes de notre chère rēs publicae (que j’aimerai plus girondine que jacobine), générant les conditions pour que des enrichissements personnels favorisent le détachement des citoyens envers les scrutins.
    • Imposer des casiers judiciaires vierges pour prendre toute fonction élective ou gouvernementale. C’est déjà le cas au sein de certains cercles d’ordre philosophique. De haut en bas de la pyramide hiérarchique, l’exemple doit être la référence par excellence pour l’exercice de l’autorité.
    • Susciter et promouvoir la présence de la société civile dans le gouvernement.
    .i Celle-là même, capable de savoir à quoi correspond l’équilibre d’un bilan avec les deux colonnes équilibrés en bas de page,
    .ii N’ayant jamais comme objectif de conditionner son expression professionnelle aux horaires hebdomadaires, figés par les partenaires sociaux. Dans les années 1960/70 la garantie de pouvoir travailler 60 heures par semaine était un gage de qualité pour le choix de l’employeur. Nous avons survécu…
    .iii À l’origine de la création de cette richesse dont pléthore de politiciens ne connaîtrons jamais les affres de l’échéance du 10 du mois suivant (surtout lorsque, les concours des partenaires banquiers, sont adossés aux garanties des biens personnels des dirigeants)
    • Reformer définitivement notre Education Nationale, ayant gardé des structures d’un autre temps, véritable caste intouchable, décidant à partir de critères loin de l’intérêt commun, les cadences et autres fermetures de classes. Intégrons les avis des enseignants de base (dont il faut revaloriser les traitements – au mérite) auxquels nous devrons demain la qualité de la génération montante. Imposer comme objectif prioritaire l’apprentissage des fondamentaux pour que, entre autres, cette belle langue qu’est le français ne soit pas dégradée (y compris par des personnes relevant d’un Bac+2 voire +4 !).
    • Au niveau de la sécurité, aussi, le challenge est de taille ! Là encore ce maillage auquel j’ai fait référence plus haut, pourrait émerger au niveau communal en s’appuyant sur des citoyens reconnus et disposant des caractéristiques liées aux exigences du terrain. N’oublions pas que, majoritairement, la Résistance aux forces d’occupation, fut composée d’éléments du peuple. Bien entendu, ce n’est pas d’une milice armée qu’il est question, mais d’un collectif d’habitants mu par une même volonté de servir le bien commun, en complément des forces de l’ordre appelées à compléter le dispositif.
    • Le retour au service national (tous genres confondus) est une bonne nouvelle même si, à mon humble avis, le timing attaché ne devrai pas être inférieur aux trois mois de classes, tel que nous connûmes lors de la classe 71/08 au 71ème Régiment du Génie à Rouen où j’ai eu l’honneur de servir et qui nous permettaient, toutes spécialités confondues, d’appréhender les bases spécifiques et d’être opérationnels. Nous avons besoin de revenir aux valeurs de base intégrant les référentiels de la nation française afin de créer un ciment commun, dénominateur commun de tous les habitants, toute origine confondue.
    • Nous vivons dans un monde où, à l’identique de ce que ma génération a connu, un emploi dans une même société sur des dizaines d’années, ne sera plus accessible. Une modification radicale de la sphère de l’emploi, devra intégrer la nécessité de modifier au gré de la demande du marché, les compétences et concomitamment susciter cet aspect de la formation qui est le véritable fer de lance du programme d’EM, réserve s’il en est, de retombées positives pour la gestion de l’emploi. Des gisements d’emplois nouveaux vont émerger au fil de l’eau et comme gouverner c’est prévoir, il faudra y faire face par une grande anticipation adaptée.

    Petit aparté sur mon ressenti au sujet de la manifestation autour de la pyramide du Louvre hier soir. J’appréhendais que, tel que nous avions connu lors de la manifestation populaire, sauf erreur, à la Bastille, où s’est rendu Jacques Chirac avec son épouse, après les résultats du deuxième tour le 5 mai 2002, les drapeaux de différents pays autres que la France soient majoritairement déployés. Heureusement cela ne fut pas le cas ! Concomitamment, avoir écouté l’Ode à la joie de Ludwig van Beethoven, juste avant notre Marseillaise a été aussi une façon de se démarquer du rétrécissement de cette Europe forte et souveraine, notre avenir à tous et facteur d’inquiétude, pour les grands blocs géopolitiques mondiaux pour lesquels l’Europe Unie est dangereuse !

    Enfin pour terminer, je fais miennes les affirmations remarquables d’un de mes anciens « patrons » (de 1999 à 2003) au sein d’un très important groupe français, fleuron de notre industrie française, avec qui j’ai eu le plaisir d’échanger, pendant ces derniers temps, troublés par l’inconnue des résultats de ces élections, hier soir, en prenant connaissance des dernières nouvelles :

    « Une première étape est passée. Une nouvelle étape législative arrive. Quel que soit le résultat, il faut vite « s’occuper » du tiers des français aujourd’hui partisans de l’extrême que nous voulons et pouvons construire aussi avec eux une nouvelle France autour de la Fraternité, de la Solidarité et de la Générosité. ( pour remplacer Liberté, Égalité, Fraternité ). Bien sûr cela passe une l’économie qui diminue le chômage et redonne la fierté, l’ambition et la joie de vivre. »

    Les échanges avec les contacts amicaux et/ou professionnels, se trouvant sur plusieurs continents, me poussent à penser très fort que :

    Nous prenons, sous votre présidence un très grand risque, celui de réussir !

    Très fraternellement et respectueusement vôtre,

    Jorge « 

    Répondre
    1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

      Votre (un peu long) message nous remet en mémoire l’espoir qui a soulevé la France il y a 15 mois.
      Espérer (rêver) ne coûte rien. Ensuite il faut passer aux actes. Et à chaque pas en avant de M. Macron, on entend le même refrain : « Les réformes ? Indispensables, nécessaires, attendues. Mais POUR LES AUTRES, pas pour moi ».
      M.B.

      Répondre
  4. Go and Be

    Que ceux qui pratiquent le bashing permanent et outrancier se posent au moins deux questions :
    – Savent ils ce qu’ils ont raté avec les candidats perdants de la présidentielle (voir les programmes de Fillon (l’austérité totale), de MLP (celle qui ne voit la France qu’au travers de la haine de l’autre (surtout s’il vient d’ailleurs), incompétente notoire, sans programme économique autre que comique, sans accompagnement qualifié, et JL Mélenchon ! avec pour seule idée d’haranguer les contre-tout…
    – Savent ils par qui pourraient-ils remplacer le Président Macron ?
    un ou une de ceux cités ci-dessus ? on imagine la faillite rapide, l’état de guerre civile qui en aurait découlé sans nul doute.
    En fait, comme vous le dites, tout ce vieux fatras de personnel politique vivant dans l’archaïsme d’un monde qui a disparu, dans l’idéologie, dans l’opposition stérile, avec si peu d’idées à nous présenter… tous ceux là n’ont que haine envers un homme de 40 ans si dynamique, ayant déjà abordé et fait bouger en 18 mois, tellement de domaines que l’on disait intouchables, avec une telle culture seulement reconnue dans le monde entier…
    Comme toujours la France par son bashing souhaite ne rien remuer et rester le regard sur la ligne d’horizon du passé.
    Avez-vous entendu les discours et les propos en live du Président ? comparez les propos de ces gens du passé… du blabla tellement usé… 30 ou 40 ans qu’ils ont été utilisés sans résultat ou si peu.
    Ne devrions-nous pas être totalement fiers d’avoir un tel personnage à la tête de la France ?
    Français, réveillez-vous ! vous tombez en hystérie !
    Tout devient sujet pour armer votre tir et votre volonté de l’abattre, coute que coute !
    Vous le paierez très cher si vous persistez à être si négatifs !

    Répondre
    1. Dominique L

      Cher Michel,
      Je ne partage pas toujours votre point de vue, mais je vous trouve courageux de braver la pensée unique. Je me doute bien que vous vous attendiez à un retour de bâton en abordant un tel sujet.
      Personnellement, j’apprécie que comme le président Macron vous ne brossiez pas les gens dans le sens du poil.
      C’est tellement pitoyable et triste d’accuser qui que ce soit, le président ou un autre de » faire le travail de Satan, satan le diviseur, satan l’accusateur », de dire de lui  » je prétends qu’il est nul » et de balayer votre opinion par un  » C’est à mourir de rire! »
      Au risque de vous heurter, je fais crédit à MLP, aux extrêmes et à ceux qui les suivent de vouloir le bien du peuple. Je ne suis pas du tout de leur avis et je crois qu’ils sont dans l’erreur. J’en côtoie tous les jours, y compris dans ma famille, avec lesquels je devise ou fais du vélo. Mais j’aurais l’impression de me salir moi-même si je leur assénais : » à moins que vous ne soyez en amour ; je ne comprends pas votre aveuglement. »
      Les mots donnent le ton aux actes qui doivent logiquement suivre.
      Cher Michel, le mal de notre société est décidément très profond. J’ose dire que sa source n’est ni politique, ni économique, ni même écologique, mais qu’elle est spirituelle.
      Fraternellement.

      Répondre
      1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

        « Spirituel » ? Oui, profondément et c’est le sens de plusieurs articles de ce blog. Mais l’amplification de ce Mal vient des médias & réseaux sociaux, qui donnent à n’importe qui (le « peuple » ?) le pouvoir exorbitant de se faire entendre (d’exister) au même niveau d’autorité (médiatique) que ceux qui dirigent la pays, et ne peuvent pas leur répondre.
        M.B.

        Répondre

Répondre à Go and Be Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>