LE SUAIRE DE TURIN A-T-IL UN AVENIR ? Mieux comprendre la mort.

  Pendant longtemps, j’ai considéré le suaire de Turin avec méfiance et scepticisme. Ce morceau de tissu était censé avoir enveloppé le corps de Jésus après sa mort, et avoir conservé une saisissante empreinte de ce corps supplicié. Est-il authentique ? Pour répondre à cette question, aucun objet sur terre n’a été soumis à l’examen d’autant de savants croyants ou incroyants, appartenant à autant de disciplines, bardés d’autant d’instruments sophistiqués. Pour mettre fin aux passions, on décida en 1988 de lui faire subir l’épreuve ultime et décisive, la datation au carbone 14 qui devait donner la réponse définitive : supercherie, ou relique authentique ?

Confiés à l’expertise de trois laboratoires indépendants, les échantillons prélevés sur le suaire parlèrent : « la date du tissu se situe entre 1260 et 1390. » La science avait tranché, le suaire de Turin est l’œuvre d’un faussaire médiéval. Un faux : inutile donc de chercher plus avant, le débat est clos. Les chercheurs étaient priés de rentrer chacun chez soi.

Ils n’en firent rien, pour deux raisons. D’abord, le protocole scientifique suivi pour l’examen au carbone 14 n’avait pas été rigoureusement observé. On mettait en question le choix des prélèvements effectués, leur intégrité, la méthode employée, l’absence de confidentialité. Ensuite – et surtout -, l’attribution du linceul à un faussaire médiéval ne tenait pas la route.

Car l’objet est là, et il résiste à toutes les analyses.

I. Un objet singulier : les certitudes

Résumons quelques-unes des caractéristiques objectives du suaire de Turin, établies scientifiquement de façon indiscutable.

Fixée sur une toile de lin, l’image n’est pas faite de main d’homme :

-a- Ce n’est pas une peinture : elle résulte de la décoloration superficielle (quelques microns) des fibres du lin, par oxydation-déshydratation de la cellulose.

-b- Elle est non-directionnelle, comme le serait l’étalement d’un pigment par un pinceau. Elle est formée par le regroupement ordonné d’un ensemble de points, fonctionnant comme les pixels de nos ordinateurs. C’est pourquoi, pour la distinguer, il faut s’éloigner de quelques mètres.

-c- Au cours des siècles, ces pixels ont résisté à l’eau, à la chaleur, aux produits chimiques. Ils sont restés stables

-d- Ils donnent une image sans contours mais extrêmement détaillée.

-e- L’image apparaît comme le négatif d’une photo. Elle ne devient distincte que sur le négatif pris par un photographe, où elle se transforme en positif.

-f- Elle est uniformément régulière, comme si la toile avait été tendue au-dessus du cadavre au moment de l’impression. Chaque pixel est relié à sa source par une ligne virtuelle droite formant avec elle un angle de 45°.

-g- Elle est tridimensionnelle : l’intensité de la coloration (le nombre de pixels) est inversement proportionnelle à la distance d’avec sa source. Le logiciel utilisé pour restituer le relief des planètes observées depuis la terre a permis à la NASA d’obtenir une image en relief de l’homme du suaire.

-h- Elle comporte des caillots sanguins, de groupe AB, derrière lesquels la cellulose du lin n’est pas décolorée (pas de pixels.) Ces caillots se sont donc formés avant l’image, et par contact direct entre le tissu et le cadavre.

À ceci s’ajoute le fait que l’image et ses caillots correspondent parfaitement aux descriptions des évangiles sur le supplice subi par un homme fouetté, couronné d’épines, ayant porté une lourde poutre puis cloué sur une croix et percé d’une lance selon la technique romaine en vigueur à l’époque de Jésus.

 Parmi les résultats de la recherche scientifique interdisciplinaire, j’ai souligné ces huit-là parce qu’aucune théorie, aucune explication sur la nature et la formation du suaire de Turin ne peut les ignorer, ou leur échapper.

II. Un objet singulier : des incertitudes et une inconnue

À la lecture de ce qui précède, on est tenté de conclure que le suaire de Turin est indiscutablement une pièce authentique. Mais il y a des incertitudes, qui viennent tempérer ce bel ensemble.

-a- Incertitude exégétique

Le suaire de Turin « correspond-il parfaitement aux descriptions des évangiles » sur la crucifixion de Jésus et la découverte de son tombeau vide ? Ce n’est pas si sûr. Après sa mort, Jésus a été déposé temporairement dans un tombeau, en attendant la fin de la fête de Pâque qui interdisait à des Juifs toute inhumation. Or la descente de croix comme la découverte de son tombeau vide nous sont racontés par les quatre évangiles, mais de façon différente. Pour les uns (Marc, Matthieu, Luc), le cadavre de Jésus aurait été enveloppé dans un sindon, une pièce de tissu de la taille d’un drap. Pour Jean, le cadavre a été lié par des bandelettes (othonia) et la tête recouverte d’un suaire (soudarion). La comparaison avec la réanimation de Lazare laisse à penser que comme ce dernier, Jésus aurait été traité suivant la coutume égyptienne, le corps emmailloté dans des bandelettes et non recouvert par un drap l’enveloppant tout entier. C’est la conclusion à laquelle j’étais parvenu dans un article publié ici en 2012, Faut-il s’intéresser au suaire de Turin ?

J’avoue que mon analyse exégétique a peut-être péché par excès de rapidité. Il faudra que je revoie la signification de chacun des termes employés dans ces évangiles, spécialement les mots sindon, othonia et soudarion, ainsi que les verbes qui indiquent leurs positions. Il n’empêche : la description du rite funéraire diverge selon les évangiles, et celle de ‘’Jean’’ me paraît devoir l’emporter sur les autres parce qu’il est le seul témoin oculaire des faits qu’il rapporte.

-b- Incertitude historique

L’existence du suaire de Turin tel que nous le connaissons est attestée dans le petit village de Lirey (France) à partir de 1355. Que s’est-il passé entre le 9 avril 30, date de la mort de Jésus, et 1355 ? Comment le suaire a-t-il transité, depuis le cimetière de la porte ouest de Jérusalem, jusqu’au village de Lirey en France, treize siècles plus tard ?

 Les historiens se sont mis à l’œuvre pour combler les zones d’ombres de ces treize siècles, mais ils ne sont pas d’accord entre eux et de vastes pages blanches subsistent dans l’histoire du suaire. La plus considérable est celle qui part du 9 avril 30 et va jusqu’au milieu du VIe siècle, où quelques écrits témoignent qu’un linge, portant l’empreinte du corps de Jésus, aurait été vu à Édesse en Turquie

L’Histoire n’est pas une science exacte, le roman lui tend souvent les bras. Il n’empêche, la traçabilité du suaire de Turin n’est pas établie de façon satisfaisante.

-c- Une grande inconnue : comment l’image a-t-elle pu se former ?

  On l’a vu, aucun artiste du Moyen-âge n’aurait pu confectionner une image du suaire de Turin conforme aux huit points rappelés plus haut. Mais malgré les techniques dont ils disposent aujourd’hui, de nombreuses tentatives ont montré qu’aucun scientifique n’y est non plus parvenu. ‘’Vapographie’’, émission de protons, mise en œuvre d’un procédé photographique archaïque, etc. : les scientifiques avouent qu’ils ne savent toujours pas comment l’image de l’homme du suaire a pu être transférée de son corps sur la toile de lin. La plupart s’abstiennent de faire appel à une cause surnaturelle, le « flash de la résurrection » invoqué par certains : il n’empêche, la science est aujourd’hui incapable d’expliquer la formation de l’image du suaire.

Mais quelle science ? Celle de l’Occident, bardée d’instruments et de certitudes mathématiques ? Notre science, si sûre d’elle-même qu’elle n’envisage même pas la possibilité d’une autre approche de la nature que la sienne. Si aveuglée par elle-même qu’elle ignore splendidement toute autre explication que la sienne de la structure de l’univers, de la matière vivante, de l’être humain. Pourtant, cette autre science existe, elle a même existé bien avant la nôtre. Sa cosmologie, son anthropologie, sa biochimie, sa psychologie ne sont pas les nôtres.

III. Le suaire de Turin à la lumière d’une autre science

 Cette science, c’est celle qui est née en Inde voici 3 ou 4.000 ans, qui a été exposée par le Bouddha Siddhârta au Ve siècle avant J.C. et développée de façon spectaculaire par les bouddhistes tibétains à partir du VIIe siècle après J.C. : une science de la mort et de l’après-mort, un ensemble de connaissances qui sont partagées par l’Extrême-Orient.

Il n’y a pas un, mais plusieurs bouddhismes regroupés en trois grandes traditions, Theravada, Mahayana, Vajrayana. Le Vajrayana est le bouddhisme tibétain, lui-même subdivisé en plusieurs écoles. Parmi elles, je me suis intéressé au Dzogchen, tradition ésotérique appuyée sur le Bardo Thödol ou Livre des morts tibétain.

Ces traditions ont quelques points en commun :

-a- Tout vivant, végétal ou animal, est parcouru par des circuits d’énergies. Ces énergies ne sont ni observées ni analysées par notre médecine occidentale qui se contente de constater le résultat de leurs dérèglements, sans s’attacher à leurs causes énergétiques. Et de pallier à ces dérèglements, de façon maladroite, par des techniques ou des médications invasives.

-b- Ces énergies sont de nature vibratoire et plus précisément lumineuse. La « Pure Lumière » (ou « Claire Lumière », ou « Vérité/Réalité Pure ») du bouddhisme est à la fois le niveau d’énergie qu’il faut atteindre pour parvenir à l’Éveil, et sa manifestation.

-c- Ces vibrations lumineuses se manifestent au moment de la mort, ou plus exactement dans les instants qui la suivent et marquent le cheminement du mort vers son autre vie. Les étapes de ce cheminement sont appelées Bardo, elles ont été étudiées de façon systématique pendant des siècles, notamment par les tibétains.

IV. L’enseignement du Livre des morts tibétain (Bardo Thödol)

Le Bardo Thödol s’inscrit dans la tradition Vajrayana du Bouddhisme, qui mélange à l’enseignement du Bouddha des éléments de la religion chamanique Böhn tibétaine d’origine. « Ceux qui étudient ce texte de façon rationnelle ne doivent jamais oublier qu’il est essentiellement ésotérique : il traduit en symboles allégoriques les expériences physiques de l’état d’après la mort. » (1)  Il s’adresse au mort en train de franchir les étapes successives du Bardo : « Au moment où ton corps et ton esprit se sont séparés, tu as connu la lueur de la Vérité Pure, subtile, étincelante, brillante, éblouissante, glorieuse et radieusement impressionnante… comme un continuel ruissellement de vibrations. Ne sois pas subjugué, ni terrifié, ni craintif : ceci est l’irradiation de ta propre et véritable nature. Sache le reconnaître» (2) Ou encore : « Maintenant, tu subis la radiation de la Claire Lumière de Pure Réalité : reconnais-la. » (3)

Une « lueur de la Vérité Pure, subtile, étincelante, brillante, éblouissante, glorieuse et radieusement impressionnante… comme un continuel ruissellement de vibrations. » Vient-elle de l’extérieur ? Certes, elle est rencontre avec les « êtres de Lumière » qui se présentent au mort pendant son Bardo, mais elle vient aussi de lui : cette lumière « est l’irradiation de ta propre et véritable nature. » Et un peu plus loin, le Bardo Thödol précise que cette lumière est « comme des rayons de soleil filtrés qui viendront briller sur toi. Sur cette voie de la Lumière viendront briller de magnifiques cercles de lumière, bleue ou verte, émettant des rayons…, chaque rayon… entouré de cinq plus petits. Toutes ces radiations sont celles de tes facultés intellectuelles venues briller sur toi. Elles ne viennent pas de l’extérieur. » (4)

Le Bardo Thödol semble peiner à décrire une réalité double : d’un côté le mort progresse vers une Lumière éblouissante, de l’autre une Lumière irradie de lui et se joint (ou se fond ?) à la Lumière de Vérité. Expérience difficile à décrire, mais qui correspond bien à ce que nous savons aujourd’hui des E.M.I (expériences de mort imminente) abondamment décrites et scientifiquement attestées par une armée de médecins.

V. Le « Corps d’Arc-en-ciel »

Un des vulgarisateurs en Europe du Dzogchen a été au début des années 1990 Sogyal Rinpoché. Son livre (5)  a été un best-seller. Dans une partie intitulée « Mourir », il décrit ce que le Dzogchen appelle le « Corps d’Arc-en-ciel » : « Un pratiquant accompli peut terminer sa vie de façon peu ordinaire. À sa mort, il laisse son corps se résorber dans l’essence lumineuse des éléments qui l’ont créé : son corps physique se fond en lumière et finit par disparaître complètement… Et la résorption s’accompagne souvent de manifestations lumineuses spontanées et d’arcs-en-ciel… Il fut une époque où cet étonnant phénomène était sinon commun, du moins relativement fréquent… L’histoire de la lignée Dzogchen est émaillée d’individus ayant atteint le corps d’arc-en-ciel. » Sogyal raconte avoir été témoin d’un cas semblable, où un mort, entouré d’un linceul, disparut peu à peu tandis que « des manifestations extraordinaires de lumière d’arc-en-ciel furent observées autour de la maison. » (6)

Ce témoignage confirme ce qu’affirme, en d’autres termes, le Bardo Thödol. Lequel ajoute que la mort totale se produit environ 3 jours après la mort constatée. Il appelle cette étape transitoire un « état d’évanouissement » : « Cet état d’évanouissement dure environ trois jours et demi. » (7)

VI. Le Bardo Thödol et le suaire de Turin

 J’ai été assez loin dans ma formation scientifique occidentale pour savoir, aujourd’hui, que notre science ne sait pas tout, ne peut pas tout expliquer. Et pour être ouvert à d’autres sciences que la nôtre. Comme le Livre des morts égyptien, le Bardo Thödol fait état d’une autre approche scientifique que la nôtre : devons-nous la mépriser parce qu’elle n’obéit pas à nos protocoles mentaux qualifiées de ‘’scientifiques’’ ? Je crois que non.

 Cette autre science permet de comprendre comment un homme, parvenu à un haut degré de réalisation spirituelle (appelez ça comme vous voudrez), s’engage dans le long processus de sa mort. Comment, après quelques jours (trois selon le Dzogchen comme pour les évangiles) il se résorbe dans l’essence (ou l’énergie) lumineuse qui a été la sienne pendant sa vie, pour se fondre dans la Lumière absolue. Comment cette résorption lumineuse explique les caractéristiques si particulières du suaire de Turin. Comment enfin son corps physique disparaît alors, devenu Pure Lumière.

Je ne prétends AUCUNEMENT, dans ce bref article, résoudre l’irritant problème de la formation de l’image du suaire, ni de la disparition du corps de Jésus au troisième jour. Je me contente de vous signaler qu’il y a d’autres pistes encore à explorer. Si quelques savants partagent mon ouverture d’esprit, je suis prêt à me mettre avec eux au travail pour confronter deux sciences, l’une née en Occident, l’autre en Orient.

Non seulement Jésus mérite cet effort considérable. Mais en outre, pour chacun de nous, il en résultera une meilleure compréhension de ce qu’est la mort, et de la façon de nous y préparer. Le linceul de Turin aura au moins servi à ça.

                                                                                                      M.B., 22 août 2017
 (1) Le Bardo Thödol, Livre des morts tibétain, traduit en anglais par Lama K.D. Sambup et en français à partir de lui par Marguerite La Fuente, Maisonneuve, Paris, 1975. Note 2  p. 89
(2) Bardo Thödol, op. cit. Livre I, 2e partie, p. 88.
(3) Bardo Thödol, op. cit. Livre I, 1re partie, p. 81.
(4) Bardo Thödol, op. cit. Livre I, 2e partie, 6e jour, p. 104.
(5) Sogyal Rinpoché, Le livre tibétain de la vie et de la mort, Table Ronde, Paris, 1993, 574 pages.
(6) Op. cit., pages 228-230.
(7) Bardo Thödol, op. cit. Livre I, 1re partie, p. 79.

12 réflexions au sujet de « LE SUAIRE DE TURIN A-T-IL UN AVENIR ? Mieux comprendre la mort. »

  1. candide

    Le suaire de Turin est-il authentique ? franchement le plus grand miracle serait que ce soit le cas!
    Si l’Église permettait une vraie expertise, on pourrait en savoir d’où il vient et comment il a été fait mais à ce jour tout est fait pour entretenir le flou car ça arrange bien.
    Cet article me conforte en une chose: religion et superstition sont liés et se nourrissent l’un l’autre.

    Répondre
    1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

      Depuis toujours, l’Eglise catholique évite de parler de l’homme Jésus. Elle ne connaît que « le Christ », qui est une abstraction plus à même de former le socle d’une religion
      M.B.

      Répondre
  2. Anon

    Bravo ! je n’aurais jamais pensé que vous puissiez ainsi revenir sur vos positions. Je regrette de ne pas faire partie des « savants », mais je suivrai volontiers vos avancées sur ce sujet.

    Répondre
  3. CORRE Henry

    Bonsoir Michel,
    après avoir ressorti mes cours du laboratoire de zététique de Henri Broch de la fac de sciences de Nice, je vous soumets quelques unes de ses réflexions:
    « Les sindonologues ont tenté de réfuter ses résultats par tous les moyens possibles. Le moine intégriste Bonnet-Eymard a évoqué un « complot maçonnique », mais a peu été suivi par ses collègues… La thèse majoritaire du camp des sindonologues prétend aujourd’hui qu’une contamination due à des bactéries et des champignons a rajeuni le lin. Le Pr. Broch a démontré que cet argument ne vaut rien, car « si l’on suppose que la « contamination » a eu lieu vers l’an 1800, alors la masse de carbone contaminant vaut 2,7 fois celle du suaire » et « si l’on suppose que la « contamination » a eu lieu vers l’an 1500, alors la masse de carbone contaminant est égale à plus de 8 fois celle du suaire. » A ce compte-là, il faudrait considérer que c’est le lin qui a pollué les « polluants »…
    Il ne reste plus aux sindonologues que la thèse du « flash de la Résurrection », une libération d’énergie émanant du cadavre du Christ qui aurait brouillé les mesures. Ne pouvant être testée, cette thèse extravagante a l’avenir pour elle. Mais elle se situe tout à fait en dehors du champ de la science et n’est qu’une tentative désespérée pour sauver les (dernières) apparences.
    En réalité, aucun spécialiste de la technique radiocarbone n’a remis en cause les résultats des laboratoires. Le Pr Hall, du laboratoire d’Oxford, considère que ceux qui le feraient peuvent s’allier avec « les partisans de la Terre plate ».
    amicalement
    HC

    Répondre
    1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

      Oui, tout ce que vous voulez : mais L’OBJET EST LA ! Comment expliquer notamment les 8 points que j’ai soulignés (sans compter les autres) ? N’oubliez pas que j’ai été moi-même un sceptique agacé par le suaire…
      M.B.

      Répondre
  4. Claude Trogler-Briand

    [À ceci s’ajoute le fait que l’image et ses caillots correspondent parfaitement aux descriptions des évangiles sur le supplice subi par un homme fouetté, couronné d’épines, ayant porté une lourde poutre puis cloué sur une croix et percé d’une lance selon la technique romaine en vigueur à l’époque de Jésus.]… sauf que ces descriptions ne sont pas celles du VRAI supplicié en question, qui, comme le mentionnaient à l’origine les évangiles les plus anciens, fut ATTACHÉ sur la croix et non CLOUÉ (la manœuvre, trop délicate, aurait rebuté les bourreaux et allait à l’encontre de la finalité du supplice : la crucifixion devait conduire à une mort LENTE, s’étalant sur plusieurs jours, si possible… on se gardait donc bien de susciter d’éventuelles hémorragies qui auraient précipité le décès)… Quand à la couronne d’épines… peut-on concevoir un Romain assez masochiste pour aller cueillir des branches épineuses et se saccager les mains pour en tresser une couronne par simple jeu ? C’est con, un soldat de troupe d’occupation, mais « les bornes ont des limites » !!!… Le Suaire, réalisé selon une technique qui n’est pas le moins du monde élucidée, a formidablement rendu … L’IDÉE QU’ON SE FAISAIT du corps du Christ, NUANCE, et elle est d’importance… Il est simplement TÉMOIGNAGE… des prodiges que permet d’accomplir La FOI, et non de la véracité de son objet !!!

    Répondre
    1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

      Votre exégèse des textes évangéliques vient sans doute du « café du commerce », elle en a en tout cas la tenue. Soyons sérieux…
      M.B.

      Répondre
      1. Claude Trogler-Briand

        [ Soyons sérieux…] … je suppose que c’est de l’humour ?… en tout cas, vous n’avancez AUCUN ARGUMENT contre mes remarques, juste de l’ironie méprisante… Ce n’est pas sans me rappeler une petite heure de discussion, il y a quelques semaines -devant un bureau de Poste, je ne fréquente pas les cafés, fussent-ils du Commerce- avec une paire de Témoins de Jéhovah, qui n’avaient pour réplique à toutes mes remarques sur l’inexactitude flagrante de La Bible que « Mais bien sur que si, c’est POSSIBLE, puisque À DIEU TOUT EST POSSIBLE !!! même, par exemple, faire tenir un couple des 10000 espèces à plumes, 3700 espèces à poils, 6300 espèces de grenouilles, etc dans une arche de 300x50x30 coudées hors tout, avec leur nourriture pour 6 mois ou que 600000 hommes suivant Moïse hors d’Égypte, çà fait, avec les femmes et les enfants (sans parler du bétail) quelque chose comme 1500000 fuyards… soit PLUS DE LA MOITIÉ de la population TOTALE de l’ÉGYPTE de l’époque (réponse des TJ : mais -c’est pour cela que Pharaon avait ordonné la mise à mort des enfants-, les Hébreux s’étaient multipliés en 4 siècles !!!… > Objection ! Si La Bible parle de 400 ans de séjour en Égypte, la généalogie de Moïse en fait le Petit-fils de Lévi, par sa mère ou l’Arrière-petit-fils du même Lévi par son père ! donc seulement 3 ou 4 générations… le compte n’y est plus du tout… Finalement, les pauvres TJ ont lâchement pris la fuite en oubliant d’invoquer « le café du Commerce » !!!… Dans QUEL CAMP se situe le « SÉRIEUX » ? Du côté où on croit aveuglément « comme Parole d’Évangile » les pires invraisemblances sous prétexte que d’autres y ont cru avant vous ou de celui où on se demande systématiquement si on est pas en train de « nous beurrer les lunettes » avec des contes à dormir debout ?… Mais quand un grand penseur, constatant l’impossibilité d’étayer sa Foi par des élément incontestable, en arrive à proclamer : « JE CROIS PARCE QUE C’EST ABSURDE »…

        Répondre
        1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

          Pardonnez-moi si vous avez senti du mépris dans ma réponse : ce n’était pas mon intention. Je suis un historien et travaille sur des faits historiques, avec une méthode rigoureuse. Dans mes réponses aux commentaires, il m’est impossible de reprendre en détail ce que j’ai publié par ailleurs. Je vous renvoie donc à ces livres, notamment « Dieu malgré lui ».
          Amicalement
          M.B.

          Répondre
          1. Debanne

            Cher Michel Benoit,

            Votre article appelle quelques questions :

            – ces phénomènes lumineux au moment du décès sont-ils toujours visibles dans ces pays ?
            – si non, pourquoi n’existent-ils plus ?
            – pourquoi n’observons-nous pas les mêmes manifestations en Europe ? (sauf erreur de ma part),
            – l’ésotérisme et le symbolisme contenus dans le Livre des morts sont-ils susceptibles d’être expliqués par vous un de ces jours ?
            – pourquoi 49 jours, et pas 18 ou 23 ?
            – ce livre est très ancien, mais l’ancienneté donnée varie selon les auteurs : pourquoi ?

            Oui, notre belle science n’explique pas tout, c’est un truisme. Mais elle est si récente ! Néanmoins, si vous êtes atteint d’un cancer (ce que bien sûr je ne vous souhaite absolument pas !), irez-vous vous faire soigner au Tibet ?
            Leur « science » de la mort explique-t-elle tout ?
            Pas plus que la nôtre, sauf sur une registre différent…

            La vie est un non-sens absolu par l’absurdité de sa fin :

            – connaissez-vous quelqu’un qui a demandé à naître ?
            – alors de quoi serions-nous responsable au moment de notre mort ?
            – à qui aurions-nous des comptes à rendre ?
            – tout ce « charabia » contenu dans le Livre des morts peut-il encore avoir un sens aujourd’hui ?
            – et si quelqu’un décède en ayant encore sa conscience, il doit, en plus, « faire le deuil » de sa séparation d’avec ses proches ! Bref, des deuils du début à la fin ! C’est agréable de vivre !
            – et l’idée de « réincarnation » ne rencontre-t-elle pas une opposition, face au code génétique que l’on repère facilement désormais de génération en génération dans une même famille ?

            Bref, vous l’aurez compris, pour intéressants que je trouve vos commentaires sur le Livre des morts, il est tellement ésotérique qu’en 2018, en Europe, il reste totalement incompréhensible pour moi. Mais je ne suis peut-être pas le seul…

            Amicalement,

            Debanne

            Répondre
            1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

              Questions 1, 2, 3 : parce que, pour qu’une transmission passe, il faut un émetteur ET un récepteur. Si les récepteurs se font rares…
              4 : non
              5 : 40 est un chiffre symbolique dans la numérologie juive.
              6 : parce que l’exégèse n’est pas une science exacte
              7 : non. Voyage trop fatigant
              8 : pas plus que la nôtre, mais elle va bcp plus loin
              9 : ! ! !
              10
              11 : de nos pensées-paroles-actes
              12 : ça dépend de la culture natale
              13 : ? ? ? Notre notaire devra rendre compte à la banque
              12 : un charabia, ça se comprend à force de travail
              12 : en effet
              13 : la « réincarnation » n’est pas bouddhiste
              amicalement, M.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>