Archives du mot-clé Dieu

L’UNIVERS ET ‘’DIEU’’ : VERTIGE DE L’INFINI

L’univers, ‘’Dieu’’, l’infini ? Depuis ses origines, l’humanité fait face à ces objets de pensée et les interroge avec acharnement. Certains disent que nos corps ne sont qu’une infime parcelle de l’univers, d’autres que nous sommes une image de ‘’Dieu’’. D’une façon ou d’une autre, nous vivons immergés en eux, ils font partie de nous et peut-être faisons-nous partie d’eux. Un vertige nous saisit : au juste, que savons-nous d’eux, l’univers, ‘’Dieu’’ et l’infini ? Lire la suite

LA PETITE FILLE ESPÉRANCE EN DANGER ? (Charles Péguy)

C’est en 1912 que Charles Péguy écrit Le Porche du mystère de la deuxième vertu. Remettons-nous dans l’air du temps : l’affaire Dreyfus a déchiré la France en deux, les lois sur la laïcité ont secoué l’opinion. En Russie une première révolution (1905) en annonce une seconde, qui va bouleverser l’Europe. Réunifiée depuis peu, l’Allemagne veut ‘’sa guerre’’ contre nous. Les ouvriers s’éveillent, et commencent leur longue marche semée de grèves violentes…

Bref, en 1912 le monde est en feu, le monde va brûler, le monde brûle.

C’est dans ce contexte crépusculaire que Péguy choisit d’écrire un poème sur l’espérance, la deuxième des trois vertus. Lire la suite

Le ’’Dieu’’ inattendu (Etty Hillesum II)

                                          « En réalité, les mots doivent accentuer le silence » (Etty Hillesum)

Après le magnifique livre de Sylvie Germain, publié en 1999, on ose à peine écrire une ligne sur Etty Hillesum. Et pourtant il le faut. Car, plus encore qu’alors, Etty parle aujourd’hui à notre époque bouleversée (1). Et sa parole est si juste, si enracinée dans une vie si exceptionnelle, qu’il faut la ruminer pour apprendre d’elle comment la force intérieure permet de survivre à la barbarie montante. Lire la suite

« Nous ne pouvons rien changer dans le monde… » (Etty Hillesum)

  Amsterdam, février 1942. Les corps ont froid, et les cœurs sont glacés par la ‘’Solution finale’’ que les Allemands commencent à mettre en place. Froidement, méthodiquement.

Une jeune Juive hollandaise, Etty, 27 ans. Belle comme l’aurore, intelligente, douée pour tout, ultra-sensible (un peu écorchée vive ?). Amoureuse de son professeur et maître pour qui elle se veut une sœur, une mère, une amie, une fan mais ni une épouse ni même une amante.

Devant elle, devant eux tous s’ouvre le gouffre du vernichtung, l’anéantissement par le feu des Nazis. Lire la suite

… ET NOUS ? (Prier VII)

  « Nous entrons dans une période de turbulence mondiale comme il s’en produit à intervalles réguliers. Mais… cette période-là sera plus dangereuse encore que les précédentes… et il y aura beaucoup de souffrances ». Aiguillonné par cette constatation inquiétante, je posais la question : que faire ? Que faire pour tenir tête à l’adversité qui s’annonce ? Lire la suite

Les Juifs et l’absence de ‘’Dieu’’ (Prier IV)

Je me suis demandé pourquoi le plus vieux peuple du monde, le peuple juif, n’avait pas été écrasé, gommé, effacé par la marche de l’Histoire comme les Égyptiens, les Grecs ou les Romains. Pourquoi les Juifs ont-ils survécu ? Pourquoi ont-ils creusé au long des siècles un sillon si profond qu’on s’y heurte encore aujourd’hui ? Lire la suite

BOUDDHA : La méditation, splendeurs et limites (Prier II)

  « Dieu, est-ce toi qui veux notre souffrance ? Par ton silence tu es coupable d’avoir laissé faire le Mal, es-tu son allié ou son complice ? »

Ce cri poussé par Élie Wiesel au sortir des camps de concentration, c’était déjà celui du Bouddha, le jeune Siddhartha né en Inde au Ve siècle avant J.C. : « Pourquoi souffrons-nous ? Sommes-nous condamnés au Mal et à la souffrance ? Comment y échapper et trouver la paix intérieure ? » Après avoir cherché une réponse dans la religion brahmanique, dans son ascèse et ses pratiques, il lui a tourné le dos : la fin de la souffrance, dit-il, ne viendra « ni des dieux, ni des livres sacrés, ni des pratiques religieuses. » (1) Lire la suite

SAVOIR, OU CROIRE ?

Je ne regrette pas d’avoir vécu trois vies, dont deux au moins furent un échec. Dans cette quatrième vie qui commence et mènera à l’autre vie, peut-être enfin réussie, je m’aperçois qu’il y a grosso modo trois types d’êtres humains : ceux qui refusent de voir autre chose que ce qu’ils voient, ceux qui croient aveuglément à ce qu’ils ne voient pas, et ceux qui veulent expliquer l’invisible à ces derniers. Commençons par eux. Lire la suite

TOUSSAINT : UNIQUE EST L’UNIVERS (I)

Quand elles sont apparues (vers 3000 ans avant J.C.) les premières civilisations orientales ont inventé une façon de voir le monde qui a traversé les siècles jusqu’à nous : le dualisme. De quoi s’agit-il ? De la conception d’un univers dominé par deux réalités antagonistes, opposées l’une à l’autre. En Chine le Yin et le Yang, en Inde l’esprit et la matière, en Perse la puissance bénéfique et la puissance maléfique. La confrontation permanente entre ces deux réalités expliquait à la fois notre nature humaine tiraillée entre Bien et Mal et celle d’un univers déchiré entre deux extrêmes irréconciliables.

N’y avait-il donc sur terre pas d’autre perspective que le combat pour échapper au Mal, et la souffrance qui l’accompagne ? Lire la suite

UN PROGRAMME (« les neiges d’antan » II)

« Jésus fut conduit en esprit dans le désert. Et il y resta pendant quarante jours, tenté par le Diable ». Quarante jours, durée symbolique. Période longue, pendant laquelle nous sommes vulnérables, ne pouvant échapper ni  aux forces du Mal, ni à leurs attaques à la fois individuelles et collectives.

« Après avoir épuisé toutes les formes de tentations, le diable se retira » (1). Raffinement suprême : toutes les formes de tentations. N’y aura-t-il donc jamais de répit ? Va-t-il falloir subir en vagues successives les souffrances causées par Le Mal, l’une après l’autre, jusqu’au bout ? Lire la suite