Archives du mot-clé nouveau

PENSÉE UNIQUE, NOVLANGUE ET FIN D’UN MONDE : G. Orwell (I.)

Peut-on encore communiquer ?

Chaque jour désormais, plusieurs milliards d’individus sont interconnectés en permanence par Internet. Ầ quoi mène cette hyper-communication ?

Ầ la création d’un nouveau langage qui remplacera bientôt nos langues traditionnelles, celles que nous ont légué vingt siècles de civilisation.

Une langue nouvelle, une novlangue.

Son inventeur, George Orwell, décrit la novlangue comme le moyen utilisé par un système totalitaire pour atteindre son objectif, la soumission totale et consentie d’une vaste population aux non-valeurs d’un Parti unique, à la fois partout présent et insaisissable. 1984 met en scène la fin d’un monde et le début d’un autre, celui qui impose lentement mais sûrement sa Pensée Unique par l’usage d’une langue universelle.

Voici quelques extraits de ce roman prophétique (1) qui fait froid dans le dos.

« Bientôt la novlangue sera adoptée par tous : dans la mesure où la pensée dépend des mots qui l’expriment, toute idée contraire à la Pensée Unique sera littéralement impensable.

« Le but de la novlangue est de fournir un moyen d’expression aux habitudes mentales des membres du Parti invisible, mais surtout de rendre impossible toute autre forme de pensée que la leur.»

La création de la novlangue commence par un appauvrissement à la fois méthodique et radical du vocabulaire :

« Le vocabulaire de la novlangue exclut toute autre idée que la Pensée Unique, et même la possibilité de chercher à la formuler. L’appauvrissement du vocabulaire est une fin en soi, aucun mot ne doit subsister dont on pourrait se passer. La novlangue n’est pas destinée à étendre le domaine de la pensée, mais au contraire à le restreindre. Pour atteindre ce but, la quantité de mots offerts à la nouvelle communication sera réduite au plus strict minimum.

« La novlangue tire son origine de la langue que nous parlions autrefois. Pourtant, beaucoup de phrases novlangues sont à peine compréhensibles pour ceux qui ne la connaissent pas et ne la pratiquent pas. Son vocabulaire est composé de mots que nous croyions connaître, mais leur sens est limité de façon à la fois imprécise et rigide, parce qu’on les a débarrassés de toutes les nuances qui permettaient autrefois l’expression d’une pensée riche et fine. Un mot novlangue n’est qu’un son exprimant un seul concept, destiné à formuler une seule pensée, simple, objective, se rapportant à des objets concrets ou à des actes matériels.

« Ce vocabulaire est inutilisable dans une discussion sur des sujets politiques, philosophiques, religieux ou littéraires.

« La novlangue est née du besoin d’un parler rapide et facile.

«  Rapide : la novlangue est une sténographie verbale qui entasse en quelques syllabes un ensemble d’idées successives. Elle  atteint son objectif avec plus de justesse et de force que les langues héritées du passé.

«  Facile : s’il est difficile à articuler, un mot sera modifié pour couler avec plus de fluidité. La grammaire est toujours sacrifiée à l’euphonie, puisque ce qu’on veut obtenir ce sont des mots courts, faciles à prononcer et qui éveillent le minimum d’échos dans l’esprit de celui qui parle.

« Leur emploi entraîne une élocution volubile, martelée et monotone : le discours doit devenir indépendant de la conscience. Chaque Nouveau Citoyen doit pouvoir émettre un jugement aussi automatiquement qu’une mitraillette : la texture des mots, avec leur son rauque et leur laideur, contribue à l’automatisme de la pensée. Le but de la novlangue n’est pas d’exprimer des idées, mais d’en détruire.

« Chaque mot rendra le sens d’une série d’autres mots, dont il supprime l’existence puisqu’ils sont devenus inutiles.

« Comparé au vocabulaire des langues traditionnelles, celui de la novlangue, extrêmement réduit, doit s’appauvrir d’année en année. Chaque diminution du nombre de mots employés est un gain pour la Pensée Unique. Puisque moins le choix des mots disponibles est étendu, moins on est tenté de réfléchir.

« Notre but, c’est de faire sortir du larynx un langage articulé qui ne mette jamais en jeu les centres plus élevés du cerveau.

« La novlangue est truffée de mots scientifiques et techniques, définis avec précision mais qui ne peuvent être compris que par les spécialistes de cette science ou de cette technique. Chaque science et chaque technique prise une à une sera séparée des autres, cloisonnée dans les esprits par son vocabulaire propre, en sorte qu’aucune pensée globale ne soit jamais possible.

« En novlangue, une pensée autre que la Pensée Unique est impossible : il faudrait lui opposer une argumentation raisonnée, ce qui est exclu puisque les mots nécessaires à l’exprimer manquent.

« Le souvenir des anciennes langues aura disparu avant deux générations. Une personne dont l’éducation a été faite en novlangue n’aura plus accès à l’ancienne littérature, qu’elle ne comprendra pas puisqu’on n’aura pas la possibilité de la lui traduire en novlangue. Seule la littérature technique, ou qui décrit des actions très simples de tous les jours, pourra être traduite en novlangue et comprise par les élèves. Pour eux, la civilisation véhiculée par les littératures traditionnelles sera perdue à tout jamais.

«  Pour ces jeunes éduqués en novlangue, la littérature du passé n’existe plus. Donc le passé n’existe plus, l’Histoire commence avec eux. »

« Celui qui contrôle le présent, contrôle le passé.

                        Celui qui contrôle le passé, contrôle l’avenir. »

Je laisse à mes lecteurs le soin de faire le lien avec ce qu’ils voient tous les jours. Les réseaux sociaux – le plus efficace, Twitter, oblige à exprimer sa ‘’pensée’’ en 140 signes. Les SMS, qui s’écrivent de plus en plus en novlangue. Le Rap, ou tout simplement certaines conversations entre moins de 30 ans entendues dans le métro.

Adolescent, j’ai eu la chance d’être obligé de lire Montaigne, Victor Hugo et Baudelaire. Jamais je ne remercierai assez les maîtres qui m’y ont contraint, tandis que j’étais plus intéressé alors par le vol des mouches contre les vitres du collège, puis du lycée.

L’école de cette époque a fait de moi un individu libre, capable d’une pensée autonome, membre d’une communauté de mœurs et d’idées qu’elle appelait la France.

Je crains fort que cette époque ne soit révolue.

Et tremble à l’idée que déjà, il semble que les novlandais soient parvenus au pouvoir.

                                               M.B., 9 février 2014
à suivre : cliquez

(1) Tirés de l’Appendice à 1984 de George Orwell, Gallimard Folio n° 822, 1950. Je corrige et résume par endroits la traduction de l’original anglais.

Quelques articles autour de ce thème : Rire, pour ne pas pleurer ; Qu’est-ce que la Vérité ? ; L’histoire, un enjeu politique ; Les chrétiens, les musulmans et l’Histoire ; et la catégorie « Crise de l’Occident »

JÉSUS, MÉMOIRES D’UN JUIF ORDINAIRE au « Livre de Poche »

         Couverture---Memoires---Liv-de-Poch-.JPG

 Dans le silence des oliviers, publié par Albin Michel en 2011, sort au  »Livre de Poche » sous un nouveau titre, Jésus, mémoires d’un Juif ordinaire.

      Au moment où Jésus sait qu’il va être arrêté, il fait un retour sur sa vie passée. Il se remémore les événements qui l’ont conduit à tout quitter pour vivre en prédicateur itinérant, faisant exploser son horizon de Juif pieux.

           Un roman, mais basé entièrement sur la Quête du Jésus historique.

          Un roman historique, ou plutôt exégétique. Ce n’est pas une  »vie de Jésus » (cliquez), mais une évocation soigneusement documentée de ce qu’il a voulu faire, et dire (cliquez).

          Traduit en anglais sous le titre The silence of Gethsemane (cliquez).

           Un petit livre, agréable à lire, dans lequel j’ai voulu condenser quarante ans de recherche sur la personne de celui qui est à l’origine de notre civilisation occidentale.

          Cette recherche, on en trouvera l’illustration dans un autre petit livre qui vient de paraître, L’évangile du treizième apôtre.

           Voici la quatrième de couverture :

          Aucun Juif n’est ordinaire, quand il assume l’héritage des prophètes du judaïsme.

         Ni quand il prétend porter cet héritage à son accomplissement.

          Tel fut Jésus le Galiléen.

           Dans la nuit de Pâque, caché au milieu d’un jardin d’oliviers, il sait qu’il a été trahi, qu’il va être arrêté. Seul face aux étoiles, il revit les événements qui ont façonné sa vie : la rencontre de Jean-Baptiste, le séjour au désert, ses deux années d’itinérance…

          Il se rappelle le surgissement progressif d’un message original et neuf, incompris de ses proches et rejeté par les autorités juives.

          Michel Benoît évoque avec limpidité et érudition la formidable présence d’un Jésus qui aurait pu faire naître un monde différent, s’il avait été entendu.

                                M.B., 23 mars 2013 .