Archives du mot-clé Pensée Unique

LE MARCHAND DE RÊVES (d’après George Orwell)

L’homme enfonça son bonnet en papier sur sa tête, coinça la flûte sous son bras gauche et sortit dans le jardin. C’est là, au milieu des massifs de fleurs, qu’il avait tant aimé autrefois construire  ses rêves. Et puis… Et puis un jour, il avait compris que les rêves lui offriraient une carrière, la notoriété. La gloire peut-être, de l’argent, sûrement.

Il sortit par le portail et déboucha sur le trottoir. Entièrement renfermée sur elle-même, la Ville était divisée en deux par un grand boulevard central que les habitants, qui n’étaient plus à une simplification près, appelaient « le Centre ». À droite du boulevard s’étendait un quartier plutôt cossu (certains y avaient encore un peu de travail, chose rare), tandis qu’à gauche une population désœuvrée, mélangée, vivait dans des barres d’immeubles insalubres. Entre la droite et la gauche de la Ville, c’était la guerre : une haine ancienne, tenace, absurde entre deux populations irréconciliables, telle que si l’une disait ‘’blanc’’ l’autre, automatiquement et sans même y penser, disait ‘’noir’’. Dans les écoles du quartier droit on enseignait que ‘’deux et deux font quatre’’ alors que dans celles de gauche les bambins apprenaient que ce calcul repose sur une vision faussée de l’univers, qu’il est le fruit du conservatisme réactionnaire et bourgeois. Pour les enfants de progressistes gauchiers deux et deux font plus que quatre, doivent faire plus que quatre puisqu’en face, on affirme le contraire. Lire la suite

LE DIABLE EXISTE-T- IL (III) ? Job et la souffrance innocente

Pourquoi y a-t-il sur terre de la souffrance ? Pourquoi les justes, les innocents souffrent-ils ? Cette question de la souffrance innocente, elle hante la Bible qui lui consacre l’un de ses plus beaux textes, le Livre de Job ­– chef-d’œuvre de la poésie antique (Ve siècle avant J.C.) Lire la suite

ATTENTATS À RÉPÉTITION (2) : les choses bougent ?

            Dans Attentats à répétition (1) : pourquoi et jusqu’à quand ? , je soulignais le poids de la Pensée Unique qui interdit aux politiques, aux médias et aux dignitaires religieux de comprendre et d’aborder le problème posé par la guerre que nous mènent les djihadistes.

Lire la suite

ATTENTATS À RÉPÉTITION (1) : pourquoi et jusqu’à quand ? ?

            Sept attentats meurtriers en 18 mois. Pour la première fois depuis les massacres de septembre 1792 à Paris et les guerres de Vendée, un prêtre catholique tué sur le sol français en tant que prêtre. Pourquoi ? Je résume ici des articles détaillés déjà publiés sur ce blog. Lire la suite

ATTENTATS DE PARIS : L’OCCIDENT AVEUGLE au messianisme apocalyptique

L’attentat le plus meurtrier jamais commis en France s’est produit vendredi 13 novembre 2015. Plus qu’un attentat c’est un acte de guerre, planifié militairement par des professionnels aguerris disposant de matériel et de moyens modernes.

Sommes-nous en guerre ?

J’entends des commentateurs affirmer depuis leur fauteuil qu’une guerre, ce sont forcément des États et leurs armées conventionnelles qui s’affrontent après une déclaration de guerre en bonne et due forme – comme  en 1914 ou en 1939. Ils ont 50 ans de retard, pendant lesquels le monde a radicalement a changé. Lire la suite

POUR UNE SCIENCE DES CONS (suite du précédent article)

Les  commentaires de mes lecteurs (qui sont presque aussi brillants que moi) m’ont fait prendre con-science que mon précédent article  sur la Science des Cons était incom-plet. J’ai oublié d’y mentionner deux espèces de cons ! Lire la suite

POUR UNE SCIENCE DES CONS

En vieillissant, on s’aperçoit que les cons sont nombreux. Très nombreux. Extrêmement, même.

Or, chose étonnante, il n’existait aucune science des cons  jusqu’à la création à Paris-Sorbonne de la chaire de Conologie dont le laboratoire, que je dirige, s’enorgueillit du plus grand Conographe à transistor jamais mis au point. Cet appareil a permis de répondre à la première question que se pose un scientifique de mon nIveau : les cons forment-ils une espèce comme l’espèce animale, une race comme la race blanche, ou un genre comme le genre humain ? Bref, dans quelle catégorie les inscrire, puisque (selon Aristote) il n’y a de science que du particulier, de l’identifiable, du séparable ? Lire la suite

UN INTELLECTUEL PEUT-IL ÊTRE SUPPORTABLE ? (André Glucksmann)

            Un intellectuel, c’est quelqu’un qui cherche à comprendre (intellligere) le monde tel qu’il est, et les humains tels qu’ils sont.

            Dans cette quête, Platon, Aristote et leurs successeurs (Thomas d’Aquin) ont isolé des transcendantaux, attributs généraux de l’Être qui dépassent toutes ses manifestations ou catégories. Les transcendantaux expriment les propriétés communes à tout ce qui est, ils sont convertibles l’un dans l’autre. On en distingue principalement quatre : l’Être (le fait d’être), l’Un (l’unité de l’Être), le Vrai (la vérité de l’Être) et le Bon (la qualité de l’Être avant ses manifestations accidentelles).

Y a-t-il une seule Vérité ?

            Cette réflexion métaphysiques prend toute son actualité autour de l’un des transcendantaux, la Vérité. Pendant de siècles les religions monothéistes (judaïsme, christianisme, islam) ont affirmé que la Vérité était une (puisque l’Être est un) et elles en ont tiré leur conclusion : « Il n’y a qu’une seule vérité, la nôtre, elle est immuable. Cette vérité elle est bonne, nous la possédons et nous l’imposerons au monde pour son bien »

Comment ? En théorie par la persuasion, mais en fait par la force et la violence faite aux consciences et aux corps. Ce fut l’Inquisition, c’est le sionisme et l’islamisme. Lire la suite

LES MUSULMANS DANS L’IMPASSE ? Pour une autre lecture du Coran.

En publiant Naissance du Coran au mois de mai dernier, je n’imaginais pas que ce petit livre serait à ce point rejoint par l’actualité. Ni que je vous résumerais aujourd’hui ces 140 pages qui synthétisent un siècle de recherche.

            L’islam est une religion sans autorité centrale, sans clergé hiérarchisé. Pas de pape ou de Dalaï-lama, pas de Conférence épiscopale, de Consistoire. Seulement des imams, autoproclamés ou désignés par une communauté qui peut les désavouer à tout instant.

            La seule autorité qui s’impose à tous les musulmans, pacifiques comme djihadistes, c’est le Coran et son Prophète. Il suffit de confesser le Prophète et de se soumettre au Coran pour devenir musulman.

            C’est pourquoi j’ai commencé, il y a dix ans, à étudier ce texte. Lire la suite