NAISSANCE DU CORAN (III) : le grand fourre-tout

Lisez le Coran, vous constaterez que ce texte n’a ni queue ni tête. Ses 6325 versets semblent avoir été assemblés – ou plutôt désassemblés – comme un puzzle dont les pièces auraient été éparpillées au hasard sur une table. Un mélange de citations bibliques (mais la Bible du Coran n’est pas notre Ancien Testament), de récits sur Jésus (ils n’ont rien à voir avec nos évangiles), de lois sur la vie quotidienne… le tout truffé d’allusions obscures à des mythes disparus et à des batailles introuvables.

Or, comme nous l’avons vu (cliquez), pour l’islam l’auteur du Coran n’est personne d’autre que Dieu lui-même. Serait-il doté d’un esprit brouillon, mélangeant tout, incapable d’une pensée cohérente ?

La question s’est posée très tôt. Au 8e siècle, le grand philologue irakien Al-Kindi écrivait : « La conclusion est évidente pour quiconque a lu le Coran et a vu de quelle façon, dans ce livre, les récits sont assemblés n’importe comment et entremêlés. Il est évident que plusieurs mains – et nombreuses – s’y sont mises et ont créé des incohérences, ajoutant ou enlevant ce qui leur plaisait ou leur déplaisait. »

Plusieurs mains, et nombreuses : lesquelles ?

Pour répondre à cette question il m’a fallu remonter au 5e siècle avant J.C., époque à laquelle des Hébreux exilés à Babylone ont mis par écrit la Bible telle que nous la connaissons. Pour arriver au 7e siècle après J.C., quand l’empire Byzantin s’affrontait à l’empire Perse au Moyen-Orient : des Arabes sédentarisés en Syrie ont utilisé cette période troublée comme une fenêtre de tir pour réaliser un rêve qu’ils avaient fait leur, reconquérir Jérusalem et y reconstruire le temple détruit par Titus en l’an 70.

C’est dans ce contexte que le Coran a pris naissance.

Moins d’un siècle plus tard, ces Arabes avaient conquis une grande partie du bassin méditerranéen. Pour transformer cette conquête militaire en civilisation conquérante, il fallait à la fois créer un mythe fondateur et unifier par des lois communes les peuples conquis. Ce fut l’œuvre des califes de Jérusalem, de Damas puis de Bagdad.

Alors, tout s’éclaire. Le Coran est l’écho de la volonté de ces califes, qui façonnèrent à la fois la légende fondatrice et les lois de leur Empire en train de naître.

Plusieurs mains, et nombreuses : ce sont celles des califes, ou plutôt des historiographes et des théologiens auxquels ils confièrent la mission d’amplifier et de corriger – à partir d’une matrice judéo-chrétienne – un texte qui deviendrait sacré.

Nous sommes bien documentés sur ces premiers califes de l’islam, mais dans l’état actuel de la recherche il est impossible de distinguer dans le texte du Coran ce qui vient de l’un ou de l’autre, d’attribuer tel passage à tel calife plutôt qu’à tel autre. Cette recherche n’est toujours pas libre dans le monde musulman : pour l’instant, seuls quelques chercheurs de haut niveau, d’origine chrétienne, ont pu s’y mettre. Ce sont leurs travaux, restés confidentiels, que j’ai tenté de synthétiser de façon claire dans mon livre à paraître, Naissance du Coran.

Les musulmans sont donc aujourd’hui dans la situation où se trouvaient les chrétiens au début du 19e siècle, quand quelques protestants ont mis en œuvre l’exégèse historico-critique de la Bible. Avec le double résultat que l’on connaît : d’abord l’apaisement, puisque les croyants pouvaient enfin séparer les aspects les plus guerriers et intolérants de la Bible du message des prophètes, puis de Jésus lui-même. Ensuite l’entrée dans la modernité, puisqu’ils ne prenaient plus à la lettre les lois et les préceptes de civilisations antiques et cruelles.

Puisse ce petit livre aider les descendants des Arabes du 8e siècle à trouver, avec un regard nouveau posé sur leurs origines, le chemin de la paix.

Et nous avec eux.

                NAISSANCE DU CORAN, aux origines de la violence

À paraître prochainement.

                                                            M.B., 13 avril 2014

 

24 réflexions au sujet de « NAISSANCE DU CORAN (III) : le grand fourre-tout »

  1. Ping : LES MUSULMANS DANS L’IMPASSE ? Pour une autre lecture du Coran. | Une vie à la recherche de la liberté intérieure, morale et politique

  2. Ping : LE CORAN : DES FRÉMISSEMENTS ? (Sophie Gherardi, Angelika Neuwirth) | Une vie à la recherche de la liberté intérieure, morale et politique

  3. Ping : CHARLIE HEBDO : POURQUOI ? | Une vie à la recherche de la liberté intérieure, morale et politique

  4. Ping : ALLAH OU’AKBAR ! | Une vie à la recherche de la liberté intérieure, morale et politique

  5. Ping : … ET SES ENFANTS MASSACRERAS (la tuerie de Peshawar) | Une vie à la recherche de la liberté intérieure, morale et politique

  6. Ping : ET L’HOMME CRÉA DIEU ? | Une vie à la recherche de la liberté intérieure, morale et politique

  7. Robert

    La comparaison que vous faites entre Bible et Coran ne tient pas. Nul n’a jamais prétendu que la Bible avait été dictée mot à mot par la divinité ( sauf peut-être les « dix paroles »).
    Au demeurant, la Bible hébraïque nous est connue sous trois versions au moins, le Targoum, en araméen, la Septante, en grec et le texte hébreu dont les versions que nous possédons sont plus récentes que les deux textes précédemment citées. Il est probable que Saint-jérôme, dans son travail de traduction s’est aidé de versions anciennes qui ne nous sont pas parvenues. Il l’a fait en utilisant les méthodes critiques dont il disposait. Il l’a également fait en « examinant tout à la lumière de la foi » (Saint Paul), ce qui n’est pas donné à tout le monde.
    Pour ce qui concerne les Écritures chrétiennes, vous êtes bien placé pour savoir que quatre versions de l’Évangile ont été désignées comme canoniques. Elles sont parfois divergentes, parfois contradictoires. Toutefois, comme disait Saint Irénée de Lyon, aucune ne doit être rejetée. Les versions non retenues n’ont au demeurant pas été détruites.
    Nous sommes à l’opposé de ce qui s’est passé pour le Coran. Le parallèle est inacceptable.
    Faut-il en outre rappeler que le christianisme n’est pas « une religion du Livre ». Il se présente simplement comme la foi en Jésus-Christ ressuscité : « Folie aux yeux des hommes » etc.

    Répondre
    1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

      On peut faire une comparaison entre deux textes anciens, si proches l’un de l’autre, qui ont été écrits selon des modalités qui se ressemblent (voyez mon livre). La comparaison s’arrête là, vous avez raison. Quant à la théorie d’une Bible « dictée par la divinité », elle a été enseignée longtemps dans le catholicisme. Ce n’est que récemment (1943) que les catholiques ont été autorisés par Pie XII à mettre en pratique l’exégèse historico-critique.
      Les évangiles apocryphes ont été pourchassés et détruits, autant qu’elle le pouvait, par l’Église devenue dominante en 381-90.
      M.B.

      Répondre
  8. Ping : NAISSANCE DU CORAN : secrets de fabrication | Une vie à la recherche de la liberté intérieure, morale et politique

  9. Zenobia

    La question s’est posée très tôt. Au 8e siècle, le grand philologue irakien Al-Kindi écrivait : « La conclusion est évidente pour quiconque a lu le Coran et a vu de quelle façon, dans ce livre, les récits sont assemblés n’importe comment et entremêlés. Il est évident que plusieurs mains – et nombreuses – s’y sont mises et ont créé des incohérences, ajoutant ou enlevant ce qui leur plaisait ou leur déplaisait. »

    ——————————–

    Cette analyse est scandaleuse. Le coran est apparu à mesure que les questions sociales de l’état naissant de Médine apparaissaient.
    Exemple: une femme lésée par son beau-frère à la mort de son mari avec qui elle n’a eu que des filles –> plainte auprès du prophète –> sourat sur le droit des femmes et des filles à hériter.
    Autant j’ai aimé votre analyse des sujets touchant au christianisme, autant je vous supplie de laisser tomber l’islam, ce manque de rigueur et d’honnêteté intellectuelle est aberrant !

    Répondre
    1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

      C’est justement avec rigueur et honnêteté que j’ai tenté de synthétiser 1 siècle de recherche indépendante sur le Coran. Attendez la parution de mon livre (fin avril ?) pour juger. Et alors, toute critique sera bienvenue, si elle est fondée sur le texte. M.B.

      Répondre
    2. Alex

      Zenobia, je trouve toujours triste et même dangereux de voir quelqu’un appeler un chercheur d’arrêter de chercher. Y a-t-il quelque chose qui vous blesse personnellement dans ce texte?

      Répondre
  10. Jacques Dalem

    De plus en plus les données de la Bible sont remises en question ( l’Exode, la prise de Jéricho, les rois sacrés de la Bible, etc etc ) par l’archéologie et la recherche historique. Cfr les travaux d’Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman ( voir aussi le le livre de Thomas Römer, La Bible , quelles histoires ! Bayard ) – Cela signifie que la Bible est farcie de contes et légendes, d’inventions, qui n’ont rien à voir avec la réalité historique. C’est un peu comme si l’on voulait écrire l’histoire romaine à partir de l’Enéide… Or beaucoup de ces textes mythologiques se retrouvent repris dans le Coran. D’abord on se demande pourquoi Dieu doit se répéter et narrer une seconde fois ces « histoires juives », mais comme l’on sait maintenant que ces histoires sont en fait des contes et légendes, et rien de plus- de belles histoires !- il est clair que leur origine n’ est pas divine mais humaine et que leur propos, comme pour l’Enéide,était de fonder par le mythe la Nation juive ou l’Imperium romain. Rien de divin dans tout cela ! Aussi ceci : certains versets sont dits abrogés par les théologiens musulmans , ce sont souvent les versets les plus libéraux et pacifiques –  » pas de contrainte en religion  » par ex. – mais ils ont gardé leur place dans le Livre. Comment Dieu peut-il, comme un simple humain, changer d’avis et de relativement pacifique et tolérant devenir un Pantocrator jaloux, irascible et belliciste. Bref, il faut se mettre beaucoup d’oeillères ou, pour suivre Pascal, prendre pas mal d’eau bénite et beaucoup s’abêtir !

    Répondre
    1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

      Oui, d’autant plus que les textes « bibliques » du Coran sont cités dans leur version talmudique du V° siècle ! Vous trouverez tout cela mis en place dans mon livre, en peu de mots (140 pages !). M.B.

      Répondre
  11. M.Besson

    Michel, heureux d’apprendre que votre étude sur le Coran va être éditée.
    Vous nous signalez que votre éditeur va imprimer, mais pas distribuer ???
    Merci donc de nous dire où et comment nous pourrons acquérir votre livre.
    amicalement, MB

    Répondre
    1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

      Oui, ce sera fait dans le blog. Si ce livre vous plaît, vous m’aiderez à le faire connaître sur les réseaux sociaux… Merci. M.B.

      Répondre
  12. Olivier

    « … des Arabes sédentarisés en Syrie ont utilisé cette période troublée comme une fenêtre de tir pour réaliser un rêve qu’ils avaient fait leur, reconquérir Jérusalem et y reconstruire le temple détruit par Titus en l’an 70.

    C’est dans ce contexte que le Coran a pris naissance. « (M.B.)
    ———————————————————
    Il semble que les religions institutionnalisées naissent ou se développent dans un contexte de conquêtes territoriales : hébraïsme ,judaïsme ,christianisme , islamisme et probablement du côté de l’hindouisme .
    Pourquoi mêlé « Dieu » à ces affrontements politico-territoriaux ?
    Dieu ou la « Transcendance  » donne une légitimité inégalable : mieux vaut l’avoir avec soi pour unifier ,enthousiasmer ,motiver .
    D’autant plus qu’il est Unique et qu’il agit par « délégation  » envers ceux qui s’en approprient , qui l’instrumentalisent .
    Existe-t-il une religion pure de toute alliance avec le politique ? J’en doute ; elle serait à construire .
    Religion de demain ?

    Répondre
    1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

      Les religions agissent sur les esprits : elles sont donc en concurrence directe avec les politiques. La plupart du temps, religion et politique s’unissent pour prendre / conserver le pouvoir. Quand ce mano-a-mano se distend, il y a crises.
      « Dieu » n’a rien à voir là-dedans. Mais une religion sans dimension politique, je ne crois pas que cela existe. En tout cas, l’Histoire n’en montre pas d’exemples durables.
      M.B.

      Répondre
  13. JEAN-CLAUDE ROUSSIE

    merci pour l’arrivée prochaine de votre livre sur le coran , il est attendu avec plaisir .
    nous avons une première approche avec les trois articles que vous venez publier.
    Suite à l’article l’église , l’impossible réforme, je crois qu’il n’y a pas grand chose à espérer. L’église est fermée et sourde à toute ouverture . Elle nous a asséné des tas de dogmes, crées de toute pièce , alors que Jésus c’est concentré sur l’essentiel. Pourquoi vouloir inventer ce qui n’apporte rien.
    Pour ma part, 6 ans de prêtrise n’a suffit pour m’orienter vers d’autres mondes , et ne faire ma propre recherche ….
    cordialement
    JC ROUSSIE

    Répondre
    1. renard

      Vous êtes sûr que Jésus est venu avec la spiritualité ? comment êtes vous convaincu par lui, comment etre sûr que celui le divin, sachant d’après l’AT il devait construire le 3eme temple, unir les juif du monde entier, mettre la paix sur le monde, vous croyez que Jésus a fait cela ?
      Mais qui a inventé Jésus au fait, parce qu’on a pas sa croix, ni les pieux, ni même son suaire de mort alors comment être sûr que Jésus à reelement existé. C’est pareil pour Moise aucune tomber, pas de corps rien du tout (ni même de sa femme) et pourtant des gens croient en cela.
      A quand un livre sur la supercherie de la Bible, vu que vous faites tout un plat sur le Coran (d’ailleurs c’est que des chrétiens qui le critique), bah lancez-vous sur la bible, vous verrez vous recevrez très déçu.
      Pour le moment même si le coran vous dites qu’il est faux, pourtant il a raison sur beaucoup de points alors que la bible se ramasse , par exemple dieu à créer l’homme à son image pour dominer etc…le Coran dit non ; la femme est crée de l’homme (bible), le coran dit non la femme et l’homme nés de la même façon ; temple de Salomon ainsi que l’arche de l’alliance existe ; le coran dit non temple imaginaire et l’arche envolé dieu l’a pris (pourtant tout cela semble être d’accord avec le coran archéologie n’a jamais retrouvé l’arche ni le temple en question).
      Bref si c’était un faux livre alors comment expliquer qu’il a raison ? Même pour Jésus qui un homme (selon coran) et dieu selon le NT, pourtant l’exode donne raison au coran, mais c’est quoi tout ce merdier biblique.
      J’ai hâte que quelqu’un fasse une étude sur les origine non divin de la bible et oui il y a pas de dieu dans la bible et le coran, tout cela c’est de la fumisterie.

      Répondre
      1. Michelbenoît-mibe Auteur de l’article

        Chère amie,
        Vous devriez lire certains de mes bouquins (« Dieu malgré lui » et les suivants) qui font exploser la légende biblique. Mais derrière les évangiles, il y a eu un homme, Jésus, dont on sait maintenant beaucoup de choses historiques, indiscutables. Cet homme critiquait fortement le judaïsme de son temps ! Pour le Coran, je n’ai jamais écrit qu’il était « faux ». A la suite de chercheurs (tous chrétiens, il est vrai, mais sérieux) j’ai taché de comprendre d’où venait la violence dont il est imprégné. Les articles de ce blog ne sont que des résumés rapides de ce long et minutieux travail. Allez à la source (les livres), ne vous contentez pas des articles de vulgarisation.
        M.B.

        Répondre
      2. arthur

        Renard , vous dites qu’il n’y a que les chrétiens qui critiquent le coran. Un musulman ne peut pas critiquer les textes coraniques sous peine de sanctions. Un musulman qui pose une question ou qui critique est considéré tel un apostat. Un apostat doit être lapidé. Quant au 3° temple de Jérusalem les judéo nazaréens ont fait croire aux arabes musulmans que Dieu reviendrait si le temple était reconstruit. C’était une association pour exterminer les chrétiens de Jérusalem. Dieu n’est pas revenu car le temple n’a pas été reconstruit . Les musulmans ont compris qu’ils s’étaient fait rouler par les judéo nazaréens. Et depuis un verset du coran dit : ne prenez pas pour amis un chrétien ou un juif. etc…

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>