Archives pour la catégorie LA FRANCE ENRHUMÉE

Réactions de l’auteur sur quelques éternuements de son pays

DE L’UTOPIE AU POUVOIR : christianisme et socialisme

            Comment la courte carrière d’un prédicateur galiléen a-t-elle donné naissance à une Église toujours au pouvoir 2000 ans après sa mort ? Et pourquoi  le socialisme est-il toujours prégnant en Europe, presque deux siècles après ses initiateurs Français et Allemands ? Y a-t-il un point commun entre ces deux destinées ? (1) Lire la suite

ATTENTATS DE PARIS : L’OCCIDENT AVEUGLE au messianisme apocalyptique

L’attentat le plus meurtrier jamais commis en France s’est produit vendredi 13 novembre 2015. Plus qu’un attentat c’est un acte de guerre, planifié militairement par des professionnels aguerris disposant de matériel et de moyens modernes.

Sommes-nous en guerre ?

J’entends des commentateurs affirmer depuis leur fauteuil qu’une guerre, ce sont forcément des États et leurs armées conventionnelles qui s’affrontent après une déclaration de guerre en bonne et due forme – comme  en 1914 ou en 1939. Ils ont 50 ans de retard, pendant lesquels le monde a radicalement a changé. Lire la suite

POUR UNE SCIENCE DES CONS (suite du précédent article)

Les  commentaires de mes lecteurs (qui sont presque aussi brillants que moi) m’ont fait prendre con-science que mon précédent article  sur la Science des Cons était incom-plet. J’ai oublié d’y mentionner deux espèces de cons ! Lire la suite

POUR UNE SCIENCE DES CONS

En vieillissant, on s’aperçoit que les cons sont nombreux. Très nombreux. Extrêmement, même.

Or, chose étonnante, il n’existait aucune science des cons  jusqu’à la création à Paris-Sorbonne de la chaire de Conologie dont le laboratoire, que je dirige, s’enorgueillit du plus grand Conographe à transistor jamais mis au point. Cet appareil a permis de répondre à la première question que se pose un scientifique de mon nIveau : les cons forment-ils une espèce comme l’espèce animale, une race comme la race blanche, ou un genre comme le genre humain ? Bref, dans quelle catégorie les inscrire, puisque (selon Aristote) il n’y a de science que du particulier, de l’identifiable, du séparable ? Lire la suite

UN INTELLECTUEL PEUT-IL ÊTRE SUPPORTABLE ? (André Glucksmann)

            Un intellectuel, c’est quelqu’un qui cherche à comprendre (intellligere) le monde tel qu’il est, et les humains tels qu’ils sont.

            Dans cette quête, Platon, Aristote et leurs successeurs (Thomas d’Aquin) ont isolé des transcendantaux, attributs généraux de l’Être qui dépassent toutes ses manifestations ou catégories. Les transcendantaux expriment les propriétés communes à tout ce qui est, ils sont convertibles l’un dans l’autre. On en distingue principalement quatre : l’Être (le fait d’être), l’Un (l’unité de l’Être), le Vrai (la vérité de l’Être) et le Bon (la qualité de l’Être avant ses manifestations accidentelles).

Y a-t-il une seule Vérité ?

            Cette réflexion métaphysiques prend toute son actualité autour de l’un des transcendantaux, la Vérité. Pendant de siècles les religions monothéistes (judaïsme, christianisme, islam) ont affirmé que la Vérité était une (puisque l’Être est un) et elles en ont tiré leur conclusion : « Il n’y a qu’une seule vérité, la nôtre, elle est immuable. Cette vérité elle est bonne, nous la possédons et nous l’imposerons au monde pour son bien »

Comment ? En théorie par la persuasion, mais en fait par la force et la violence faite aux consciences et aux corps. Ce fut l’Inquisition, c’est le sionisme et l’islamisme. Lire la suite

TOUT EST RELIGIEUX ? (Emmanuel Todd et la laïcité)

M. Emmanuel Todd a reçu de son hérédité l’inquiétude, source de questionnements radicaux, qui a fait au cours des siècles la grandeur du judaïsme. Dans un article de l’Obs du 30 avril dernier il déclare qu’en France, « tout est religieux désormais. Mais tout est religieux parce que la religion s’éclipse, et que rien ne l’a supplantée. » Lire la suite

CHARLIE HEBDO (1) : POURQUOI ?

               Les assassins de Charlie Hebdo ont déjà gagné, puisqu’ils ont touché la France au cœur, nous sommes bouleversés à l’intérieur de nous-mêmes.

            C’est ce qu’ils voulaient, bien joué.

            Devant ces évènements, chercher à comprendre n’est pas vain : c’est se donner les moyens de résister intérieurement. Lire la suite

L’UTOPIE SOCIALISTE : LES MOTS, ET LA RÉALITÉ

            Utopie vient du grec où-topos qui signifie exactement « lieu non-inexistant. »

            L’utopie est une réalité virtuelle, qui n’existe nulle part ailleurs que dans les mots qui la décrivent.

            Des mots qui font rêver à une société parfaite, dans laquelle les individus vivraient dans l’harmonie, l’égalité, l’abondance.

Le premier « programme de gauche »

            Je vous renvoie à un article écrit en 2012 dans ce blog sur « Le premier programme de gauche » attesté par l’Histoire. C’était à Jérusalem, peu après la mort de Jésus. Chaque converti à la nouvelle religion était invité à « ne pas considérer comme sa propriété l’un quelconque de ses biens… Nul parmi eux n’était [plus] indigent : ceux qui possédaient des terrains, des maisons [ou des biens] les vendaient, apportaient l’argent et le déposaient aux pieds des apôtres. Chacun en recevait une part selon ses besoins. » (1)

            Le résultat, ce fut la faillite de l’Église de Jérusalem. Une faillite tellement retentissante, que Paul de Tarse fut obligé d’organiser dans tout l’Empire une collecte pour venir en aide à la communauté socialiste de Jérusalem, sinistrée financièrement.

            Pourtant Jésus n’a jamais condamné le système capitaliste qui était en vigueur de son temps. Jamais il n’a condamné la richesse des riches : il conseille seulement de se « faire des amis avec l’argent trompeur », c’est-à-dire de bien gérer son capital, dans la justice (cliquez).

 François Mitterrand et l’argent

             Faut-il rappeler que Mitterrand a d’abord été élève des bons Pères d’Angoulême avant de faire ses classes politiques chez les Pères Maristes de la rue de Vaugirard ? C’est en catholique convaincu qu’il écrivait alors : « Il n’y a qu’un seul rôle à jouer dans les groupes politiques auxquels il faut adhérer, et qui sont admis par l’Église : les directives et les principes de notre foi… Seul le christianisme est capable d’entreprendre une rénovation totale. » (2)

            En 1968, après un parcours tortueux à Vichy d’abord puis sous la IVe République, il devient un « homme de gauche ». C’est dans le plus pur jargon catholique qu’il explique sa conversion au socialisme : « Je ne suis pas né socialiste, la grâce efficace a mis longtemps à faire son chemin jusqu’à moi. J’ai dû me contenter de la grâce suffisante… Le socialisme… dispose de plusieurs vérités révélées et, dans chaque chapelle, des prêtres qui veillent… J’ai lu ses livres sacrés… Hélas, le socialisme produit plus de théologiens que de servants. »

            À cette époque, Guy Mollet dira de lui : « Mitterrand n’est pas devenu socialiste, il a appris à parler socialiste, nuance ! »

            Des mots donc, les mots de l’utopie : « Les socialistes estiment qu’il ne peut exister de démocratie réelle dans la société capitaliste. C’est en ce sens qu’ils sont révolutionnaires. Le socialisme a pour objectif le bien commun et non le profit privé. Il ne s’agit pas d’aménager un système, mais de lui en substituer un autre. »

            Et encore : « La structure économique du capitalisme est une dictature… La mutation que nous proposons doit aboutir à la suppression du capitalisme. »

            Des mots qu’il enfonce au Congrès d’Épinay de 1971 : « Réforme, ou révolution ? … Oui, révolution ! Rupture avec l’ordre établi, avec la société capitaliste. »

            Et enfin, cette profession de foi qui en rappelle une autre :

            « Le véritable ennemi, le seul… c’est… toutes les puissances de l’argent, l’argent qui corrompt, l’argent qui achète, l’argent qui écrase, l’argent qui tue, l’argent qui ruine, et l’argent qui pourrit jusqu’à la conscience des hommes !

            On sait ce qu’il en sera de l’utopie quand elle sera confrontée à la réalité : en 1983, virage à 180° et gestion prudente de la société capitaliste. Avec des trous à boucher.

            Même chose chez François Hollande : un discours de campagne où il affirme que son « seul ennemi, il est invisible, c’est la finance ! » Et deux ans plus tard, tournez casaque.  Avec des trous qui se creusent.

            Autrement dit, d’abord un discours utopique pour attraper les mouches. Car il y a dans la société française, depuis 1792, une stupéfiante permanence du gauchisme utopique. Il ressurgit périodiquement, en 1848, en 1871 avec la Commune de Paris, en 1936, en mai 1968.

            Cette frange de la société française parle haut et fort, descend dans la rue, clame l’utopie, le « lieu de nulle part. »

            Et ensuite, vient la réalité.

            L’utopie ne sert que quand on s’en sépare.

          On se souvient du discours de Tony Blair devant le Parlement Français : « Il n’y a pas une économie de gauche et une économie de droite, il y a l’économie qui marche et celle qui ne marche pas. »

            Si l’utopie pouvait devenir réalité, si l’idéologie socialiste pouvait « marcher », il y a longtemps que la planète serait socialiste, et moi le premier.

            Car l’utopie est fascinante, elle est parée de tous les attraits, elle captive comme un rêve éveillé.

            Mais les vrais réveils sont vraiment douloureux.

                                                M.B., 21 novembre 2014
(1) Actes des apôtres, 4, 32.
(2) Je tire ces propos de François Mitterrand de l’excellent ouvrage de Catherine Nay, Le noir et le rouge, Grasset, 1984.

LAÏCITÉ À LA FRANÇAISE ET ISLAM : L’ÉCHEC

Les musulmans peuvent-ils s’insérer dans un état laïc comme la France ? Peut-il y avoir un « islam de France » ?

Naissance de la laïcité en France

On connaît les étapes au cours desquelles le principe de laïcité a fini par s’imposer, douloureusement, à la société française. Le mouvement des Lumières, aboutissant à la constitution Civile du Clergé en 1790. Robespierre tentant de remplacer en 1794 le catholicisme par le culte de l’Être Suprême. La révolte des provinces, notamment les Chouans et les Vendéens. Bonaparte reprenant les choses en mains par le Concordat de 1801. Le retour en force de l’Église à partir de 1815, la reprise des hostilités sous la 3e République, la nouvelle révolte des catholiques lors de la séparation de l’Église et de l’État en 1905…

Il a fallu la boucherie de 14-18 pour que la République reconnaisse, tacitement, le retour de catholiques qui avaient généreusement versé leur sang dans les tranchées. Puis la Résistance de 1940-44, où des prêtres et des communistes avaient lutté fraternellement, côte à côte. Pour que finalement, en 2005, l’Église de France soit la première à souhaiter que rien ne soit changé aux lois qui l’avaient tant révoltée cent ans plus tôt. Reconnaissant que sa séparation d’avec l’État lui convenait parfaitement, qu’elle garantissait à la fois la liberté religieuse et la paix civile dans un pays déchiré par la question religieuse depuis 400 ans.

Deux siècles pour parvenir à une laïcité apaisée, bienfaisante.

Ou plutôt trois siècles, si l’on compte le 18e siècle au cours duquel l’idée même de séparation du religieux et du profane a lentement mûri chez les élites.

Trois siècles pour que cette révolution idéologique, d’abord imposée par la force, soit consentie par l’ensemble des français qui ont fini par voir dans ce consensus leur bien le plus précieux.

Comprenons bien : la révolution laïque n’a été rendue possible que parce qu’elle avait été précédée par une révolution idéologique, la raison acquérant sa juste place aux côtés de la foi. Cet équilibre entre raison et foi, il avait été initié par Thomas d’Aquin – mais on était alors au 13e siècle, l’Église et les États européens ne faisaient encore qu’un. Il a fallu Descartes, puis les philosophes du 18e siècle, pour demander et exiger que la raison (le pouvoir public) et la foi (le pouvoir de l’Église) fassent chambre à part.

Jésus et la laïcité

La chrétienté occidentale aurait pu pourtant s’épargner ces longs siècles de tâtonnements, de confrontations violentes et de révolutions, si elle avait tout simplement appliqué l’enseignement de Jésus.

Rappelons qu’à son époque, non seulement pouvoir civil et pouvoir religieux ne faisaient qu’un, mais l’empereur était divinisé, et son culte obligatoire dans tout l’Empire romain. En Palestine, les Juifs avaient obtenu un statut spécial, le pouvoir religieux était double. Celui du divin César, obligatoire. Et celui du Sanhédrin, toléré par l’occupant romain qui lui laissait l’application des lois religieuses propres au peuple juif, notamment le droit d’exécuter les blasphémateurs et les adultères par lapidation.

Lorsque des théologiens juifs demandent à Jésus s’il convient à un Juif de se soumettre au pouvoir (religieux) de César, sa réponse surprend tout le monde tant elle est révolutionnaire dans ce contexte : « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » Personne dans l’Empire n’avait jusque là osé pareille séparation des pouvoirs, et aucun Juif ne pouvait s’y risquer : c’est cette réponse qui a valu à Jésus d’être définitivement brûlé aux yeux du clergé juif, appuyés en l’occasion par les nationalistes Zélotes pour qui « rendre quoi que ce soit à César » était une provocation, un scandale et un crime envers Israël (1).

Distinguer les deux pouvoirs, rendre à chacun ce qui lui est dû dans l’autonomie de leurs sphères respectives, c’est exactement le point d’équilibre auquel la société française est parvenue. Pourquoi l’enseignement de Jésus n’a-t-il pas été suivi dès le début, nous épargnant tant de violences ?

Parce que 30 ans après Jésus, Paul de Tarse a déclaré que le chrétien devait se soumettre à ceux qui détiennent un pouvoir dans la société civile. Et parce qu’en 381-90, la religion chrétienne est devenue religion officielle de l’Empire. De persécutés, les chrétiens sont devenus persécuteurs, le trône de Pierre s’est identifié assez vite au trône de l’empereur. Jusqu’à ce qu’Alcuin, théologien de Charlemagne, élabore la théorie du souverain de droit divin.

On était alors au 8e siècle. C’était le moment où le Coran s’écrivait, pour lequel pouvoir religieux et politique ne font qu’un.

Au même moment, deux sociétés (musulmane et chrétienne) allumaient chacune une bombe qui, depuis, n’a pas cessé d’exploser.

Le messianisme coranique et le pouvoir

Dans Naissance du Coran, aux origines de la violence, je décris l’idéologie messianique dont sont nés à la fois le judaïsme, le christianisme et le Coran : je vous renvoie à ce petit livre, paru chez l’Harmattan, et à la conférence que je viens de donner à ce sujet. Vous y verrez que « pour les messianistes, religion et pouvoir n’ont jamais fait qu’un. Dans le Coran, tout appartient à Dieu, corps, âmes et biens, le passé, le présent comme l’avenir. Il ne distingue pas le matériel du spirituel, tout revient à Allah. Il veut accoucher d’un Homme Nouveau, dans une société totalement soumise à une Loi divine.»

Autrement dit, s’ils suivent le Coran les musulmans en sont encore à l’union-fusion des deux pouvoirs, religieux et civil, qui prévalait en Occident avant le 18e siècle.

« S’ils suivent le Coran » : car là est pour eux aujourd’hui toute la difficulté. Certes, la majorité des musulmans, tout comme nous, n’aspire qu’à vivre en paix. Certes, les musulmans français voient ce qu’est une société apaisée par la laïcité. Certes, ils sont comme nous horrifiés par la violence des djihadistes. Mais au nom de quoi peuvent-ils les condamner ? Car musulmans pacifiques comme fanatiques se réclament du même texte, le Coran. Lequel appelle clairement et de façon répétée les croyants à l’extermination des non-croyants, Juifs et chrétiens.

Parce qu’il est messianiste, le Coran divise l’humanité en deux : nous, les mouslims (soumis au Coran) et les autres, tous les autres. Lesquels n’ont qu’un seul choix : se convertir, être mouslims (soumis au Coran) – ou disparaître physiquement.

C’est seulement quand ils auront accompli la révolution idéologique entreprise chez nous au 18e siècle, que les musulmans pourront être en paix. En eux-mêmes d’abord, puis avec le reste de la planète.

Échec de la laïcité

Notre laïcité à la française suppose que les deux partis, le religieux et le civil, parlent le même langage. Qu’ils parviennent à un accord pour cheminer côte à côte, sans se mélanger, sans empiéter l’un sur l’autre, sans se faire concurrence. Un consensus dans la pensée d’abord, dans les faits ensuite : respectés par le pouvoir, les croyants occidentaux respectent le pouvoir. Chacun chez soi.

Ce consensus, c’est une tragique illusion que de vouloir l’appliquer à une religion qui ne reconnaît qu’une seule autorité ultime, s’appliquant à tous : le Coran. Les mots n’ont pas le même sens, nos lois si difficilement acquises ne s’appliquent pas aux musulmans extrémistes. Ils ne les reconnaissent pas, ne les acceptent pas.

Comment jouer au foot quand une équipe applique certaines règles du jeu, règles que l’équipe d’en face rejette pour en appliquer d’autres ?

Vous connaissez la Pensée Unique, obligatoire, ressassée à longueur d’ondes. Par exemple Manuel Valls tout récemment : « C’est toute une nation qui dit que l’islam a toute sa place en France, parce que l’islam est une religion de tolérance, de respect, une religion de lumière et d’avenir (2). »

C’est stupéfiant. M. Valls oublie de dire que le Coran s’impose à tout musulman. Et semble ignorer que le Coran n’est ni tolérant, ni respectueux (des non-croyants, des femmes). Qu’il n’a pas été écrit par les philosophes des Lumières, mais sous l’impulsion de califes imprégnés de messianisme. Et qu’il ne propose aux habitants de la planète qu’un seul avenir : se soumettre au Coran et appliquer la Charia, ou disparaître.

Manifestement, M. Valls ne sait pas de quoi il parle. Il devrait demander à l’un de ses conseillers de lire mon petit livre, et quelques-uns des ouvrages dont je donne la référence – travaux de chercheurs dont j’ai fait mon miel pour écrire Naissance du Coran.

La schizophrénie est une maladie grave, pratiquement sans traitement.

Mais nos politiciens & journalistes ont-ils d’autre choix que de nous entretenir dans la schizophrénie, affirmant d’un côté une chose dont ils savent (ou devraient savoir) d’un autre côté qu’elle n’existe pas ?

Il n’y a pas, il n’y aura jamais d’islam de France, car il ne peut pas y avoir d’islam non-coranique. Puissent nos amis musulmans, qui doivent souffrir autant que nous de cette schizophrénie, commencer un jour la révolution idéologique que nous avons entreprise, avec tant de mal, il y a 3 siècles.

Leur paix intérieure, et la paix du monde, est à ce seul prix.

                                                M.B., 2 juillet 2014

(1) Voyez Jésus, mémoires d’un Juif ordinaire (Dans le silence des oliviers), Albin Michel & Livre de poche 2011.

(2) Déclaration à l’issue de sa visite à l’Institut du Monde Arabe, publiée dans Le Parisien du jeudi 26 juin 2014.

 

VALLS MÉLANCOLIQUE…

À mes lecteurs affamés d’art, puis-je chanter l’un des plus beaux poèmes de Baudelaire ?

             Voici venir les temps où vibrant sur sa tige

            Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;

            Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir

            Valls mélancolique et langoureux vertige !

 

            Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;

            Le violon frémit comme un cœur qu’on afflige ;

            Valls mélancolique et langoureux vertige !

            Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

                        … Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige.

(Charles Baudelaire, Harmonie du soir)

Le langoureux vertige de Valls se figera-t-il dans un ciel triste et beau comme un soleil qui se couche ?

                         M.B., cœur qu’on afflige, 2 avril 2014